VW veut allonger le temps de travail, pas les salaires.


Lundi 11 septembre 2006, Bruno Bauraind, 1892 signes.
Cet article a été visité 110 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est désormais tendance : travailler plus en gagnant moins. La direction de la de Volkswagen a décidé d’engager les négociations avec les syndicats en vue d’allonger la durée de travail de ses employés, sans compensation. Malgré une augmentation des profits de l’entreprise au premier semestre 2006, le temps de travail des 103.000 salariés des usines ouest-allemandes de la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
devraient, à entendre la direction, passer de 28,8 à 35 heures par semaine sans augmentation de salaire. La direction de l’entreprise espère trouver un accord avec les syndicats pour la fin du mois de novembre 2006. Une direction qui exige plus de ces travailleurs sans leur accorder d’autres avantages…jusque là, malheureusement, rien de bien surprenant. Par contre, lorsque certains syndicat légitimisent la position en arguant de coûts de production exorbitants qui empêchent l’exportation des produits de la marque allemande vers le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
US…on commence à se poser des questions... Fort heureusement, IG metall, la deuxième formation syndicale du pays, veille au grain au sein du conseil d’entreprise. Le résultat de cette négociation est attendu par le monde ouvrier comme par celui des affaires en Allemagne car, vu l’importance de VW (et de l’Allemagne en Europe), il risque bien de faire "jurisprudence".
(IG Metall a finalement accepté une augmentation de 15% du temps de travail sans compensation salariale. Même si elle est inférieure (28 à 33 h/semaine) à la demande initiale de VW (35 h/semaine), il est difficile de parler de "victoire historique" pour les travailleurs. Financial Times du 30 septembre 2006. Parallèlement, nota bene, IG Metall a obtenu une hausse salariale de 3,8% pour les 85.000 sidérurgistes de l’Allemagne de l’Ouest – Le Monde, 22 septembre 2006).

Source : Financial Times du 8 septembre 2006.