Condamnation d’Alstom pour exposition à l’amiante


Lundi 18 septembre 2006, Bruno Bauraind, 1333 signes.
Cet article a été visité 179 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La société de fabrication de chaudières industrielles Alstom Power Boilers, filiale de la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
Alstom, a été condamné pour avoir, entre 1998 et 2001, exposé ses ouvriers à l’amiante. En effet, quelques 40 000 tonnes de poussières d’amiante ont été retirées du site en 2002. Si la condamnation de ce "patron-voyou" (l’expression est de La Libre Belgique) paraît logique au vu des dégâts que continue à causer l’amiante dans l’hexagone – 3.000 morts par an, 60.000 à 100.000 décès d’ici à vingt ans selon les estimations – le caractère exceptionnel de la décision du tribunal lillois vient du fait que l’ensemble des 150 travailleurs de l’usine recevront une indemnité de 10.000 euros sans avoir, au préalable, dût démontrer les conséquences dommageables de l’amiante sur leur santé. Cette décision historique, dans un pays qui a tardé à interdire ce matériau, pourrait consacrer de réelles avancées en terme de prévention des risques au travail si elle faisait jurisprudence. En attendant, l’amiante reste un fléau et le combat pour la reconnaissance des dommages qui lui sont liés est, le plus souvent, fait de procédures judiciaires longues et coûteuses pour les travailleurs.

Sources : Le Figaro et La Libre Belgique du 5 septembre 2006.