Les mineurs chiliens de la BHP mènent une grève emblématique.


Lundi 28 août 2006, Erik Rydberg, 2094 signes.
Cet article a été visité 103 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

"La grève n’a jamais été une affaire d’argent pour la compagnie. Elle perd 15 millions de dollars par jour mais ce qu’elle cherche, c’est casser le mouvement syndical au Chili." Le vendredi 25 août 2006, au dix-huitième jour de la grève à la mine de cuivre d’Escondida, propriété à 57% de la société anglo-australienne et numéro un mondial BHP Billiton, c’est ainsi qu’un des 2000 grévistes de la mine (syndicalisée à 94%) évalue la situation. Les enjeux du conflit ne manquent pas de dépasser les frontières, en effet. Les mineurs ont débrayé pour appuyer une demande d’augmentation de 13% des salaires (ramenée ensuite à 8%) et d’un bonus de 23 euros par travailleur, ce qui, comme l’a relevé le Financial Times, ne représente que 1,6% du surplus de profits engrangé par BHP en 2005-2006. Mais c’est un "niet" de la direction, qui campe sur sa contre-offre originale : 3% et pas un peso de plus. Le camouflet est d’autant plus provocateur que, dans le même temps, BHP annonce un bénéfice 2005 de 8,2 milliards d’euros et, pour rétribuer ses actionnaires, un train de rachat d’actions pour un montant de 2,4 milliards d’euros. D’où durcissement. Les grévistes, massés dans des tentes sur le pourtour du site, ont bloqué tous les accès routiers à la mine. La direction a fait appel à des briseurs de grèves et, le vendredi 18 août, complètement fermé la mine pendant le 24 heures – le temps que les marchés s’affolent : Escondida, c’est 8,5% de la production mondiale de cuivre et 41 millions de revenus nets par semaine... Le problème, comme l’a noté un observateur "proche du marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
", c’est qu’une victoire des mineurs pourrait constituer "un précédent préoccupant". C’est joliment dit. L’action des mineurs d’Escondida ne se comprend que dans sa dimension internationale. Travail contre capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
. Capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
contre syndicats.

Sources : Financial Times des 19 et 26 août 2006, Wall Street Journal des 24 et 25 août 2006, International Herald Tribune du 21 août 2006 et Tijd du 24 août 2006.