La caisse noire de Halliburton éclabousse Dick Cheeney


Jeudi 10 août 2006, GRESEA ASBL, 1030 signes.
Cet article a été visité 101 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Réputée pour son statut privilégié dans l’octroi des contrats de "reconstruction" en Irak occupé, la société américaine Halliburton est centre des investigations menées par le département de répression des fraudes britannique, qui cherche à faire la lumière sur les transactions occultes qui ont permis au consortium Consortium Collaboration temporaire entre plusieurs entreprises à un projet ou programme dans le but d’obtenir un résultat.
(en anglais : consortium)
TSKJ de décrocher une série de contrats de construction sur un site de production de gaz naturel au Nigeria. Filiale de Halliburton et membre du consortium Consortium Collaboration temporaire entre plusieurs entreprises à un projet ou programme dans le but d’obtenir un résultat.
(en anglais : consortium)
, KBR aurait joué un rôle clé dans le paiement de 132 millions d’euros en pots-de-vin pour obtenir les contrats. Détail piquant : les faits remontent pour partie à la période 1995-2000, époque où Halliburton était présidé par Dick Cheeney, le vice-président des Etats-Unis. Largement étayés par des notes internes de Halliburton, les soupçons de corruption n’ont pas entamé l’aplomb de la compagnie, qui assure apporter sa pleine coopération à la justice.

Source : Financial Times, 8 août 2006.