Nike se félicite…de flexibiliser le travail en Belgique.


Mardi 5 septembre 2006, GRESEA ASBL, 1491 signes.
Cet article a été visité 267 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Cela peut paraître surprenant mais la Belgique accueille sur son territoire le plus grand centre de distribution du géant Nike. Tous les articles sportifs destinés aux marchés européens et africains transitent, depuis 1994, via le complexe de 200.000 mètres carrés de Lanaken. Malgré l’automatisation croissante de la ligne de distribution, Nike, par l’entremise de son directeur général, se félicite des "prouesses" réalisées dans le domaine de l’emploi. Ainsi, le centre emploie 1.200 à 2.000 travailleurs lors des pics d’activité de l’été et du début d’année. Cette flexibilité de l’emploi est permise d’une part, par une large utilisation de contrats à temps partiels. En effet, Lanaken compte près de 40% de travailleurs à temps partiels, ce qui, selon De Tijd, "dépasse ce que prévoit la législation belge". D’autre part, Nike a instauré le "contrat 10/12". Les employés reçoivent leur salaire toute l’année en travaillant 10 mois, mais celui-ci est amputé d’un douzième chaque mois… Cette pratique, si elle permet au travailleur de percevoir une rémunération toute l’année, autorise surtout l’entreprise américaine à récupérer les pertes dues à la baisse des activités durant les périodes creuses de l’année sur le salaire de ses employés. Si Nike se rêve en "bienfaiteur de Lanaken", c’est en contribuant à la précarisation de l’emploi en Belgique.

Source : De Tijd du 5 août 2006