Toyota rappelle 418.570 véhicules défectueux.


Samedi 22 juillet 2006, Erik Rydberg, 1937 signes.
Cet article a été visité 110 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Toyota a beau avoir donné son patronyme à un système de production "allégée" (toyotisme Toyotisme Système de production fondé après la Seconde Guerre mondiale dans les usines automobiles de Toyota, sous l’impulsion de l’ingénieur Taiichi Ohno. Il consiste essentiellement en plusieurs éléments : 1. autonomation, c’est-à-dire la capacité des machines à s’arrêter automatiquement dès qu’elles rencontrent un problème ; 2. qualité du premier coup ; 3. just-in-time ; 4. teamwork ; 5. management participatif ; 6. sous-traitance.
(en anglais : toyotism)
) dont une des caractéristiques est de viser le "zéro défaut", il n’est pas toujours aisé d’être à la hauteur de ses ambitions. A la mi-juillet 2006, le fabricant japonais annonçait qu’il rappelait 418.570 véhicules défectueux (fuite d’huile dans le moteur susceptible de le mettre hors jeu complètement), une décision qui faisait suite, le mois auparavant, au rappel de quelque 367.500 autres véhicules dont une erreur de fabrication risquait de gêner le fonctionnement de la pédale d’accélération. Alors, Toyota et toyotisme Toyotisme Système de production fondé après la Seconde Guerre mondiale dans les usines automobiles de Toyota, sous l’impulsion de l’ingénieur Taiichi Ohno. Il consiste essentiellement en plusieurs éléments : 1. autonomation, c’est-à-dire la capacité des machines à s’arrêter automatiquement dès qu’elles rencontrent un problème ; 2. qualité du premier coup ; 3. just-in-time ; 4. teamwork ; 5. management participatif ; 6. sous-traitance.
(en anglais : toyotism)
, pas fiables ? Au jour d’aujourd’hui, cette question mérite d’être posée différemment, car la plupart des grandes marques, Toyota inclus, se composent d’un nombre de plus en plus grand de composants fabriqués à l’extérieur, par des sous-traitants. Vendue aux Etats-Unis, une Ford par exemple – l’américaine par excellence –ne contient ainsi 21,2% de composants fabriqués au pays et, comme le note un expert du secteur automobile, "mesurer le contenu produit localement devient de plus en plus difficile". Cela veut dire quoi ? Que Toyota n’a peut-être, en réalité, un problème de "zéro défaut" que chez ses sous-traitants. Ajouter à cela que la course à la standardisation des automobiles (rentabilité oblige, prévoir un même châssis pour des marques et modèles multiples facilite et accélère la production) entraîne ce regrettable effet secondaire qu’une défectuosité – "standardisée", elle aussi ! – se trouvera multipliée comme jamais auparavant. Allez expliquer cela au citoyen consommateur... Assumer son rôle conquérant de société transnationale Transnationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : transanational)
, ce n’est pas facile tous les jours, c’est plein de contradictions.

Source : Wall Street Journal du 17 juillet et du 12 mai 2006, De Tijd du 22 juillet 2006.