Intoxication au manganèse : Caterpillar sur le banc des accusés.


Vendredi 1er septembre 2006, GRESEA ASBL, 1458 signes.
Cet article a été visité 182 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Aux Etats-Unis, quelque 10.000 soudeurs attaquent en justice une vingtaine de sociétés qui fabriquent ou distribuent du matériel de soudure, dont la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
Caterpillar. Au centre de ces batailles se joue la sécurité des travailleurs. En effet, les fumées de soudures sont porteuses de manganèse qui, dans le cas d’une exposition prolongée, peut avoir des conséquences irréversibles et diverses sur le système nerveux : cela va de l’insomnie chronique à la maladie de Parkinson en passant par la sclérose en plaque. Le 27 juin 2006, l’industrie métallurgique a gagné une importante manche contre le soudeur Ernesto G. Solis en arguant du manque de précision des études scientifiques sur le sujet d’une part et d’autre part, en renvoyant aux mises en garde inscrites sur les produits de soudure afin de "protéger" les travailleurs (l’information ne dit pas si l’avertissement recommande aux soudeurs de travailler en retenant leur respiration). Les risques de la soudure au manganèse ne semblent pas dater d’hier. En effet, les avocats des plaignants, dont le cabinet Scruggs et Barrett, connu pour sa lutte contre l’industrie du tabac, ne cesse de compiler des documents d’entreprise internes tendant à prouver que l’industrie n’ignorait pas le risque : mémos, courriers, procès verbaux de réunions, remontant jusqu’aux années trente…

Source : BusinessWeek du 10 juillet 2006.