Le ballon Adidas made in Thaïlande : plus-value de plus de 99%.


Mercredi 26 juillet 2006, Erik Rydberg, 1679 signes.
Cet article a été visité 135 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Mondiale du foot aidant, l’International Herald Tribune a publié un reportage fort éclairant sur l’économie du petit ballon rond dans l’usine de sous-traitance Sous-traitance Segment amont de la filière de la production qui livre systématiquement à une même compagnie donneuse d’ordre et soumise à cette dernière en matière de détermination des prix, de la quantité et de la qualité fournie, ainsi que des délais de livraison.
(en anglais : subcontracting)
thaïlandaise de Chonburi, situé à deux heures de Bangkok. On y apprend, d’abord, que le célèbre ballon "+Teamgeist" qu’Adidas y sous-traite via à la société japonaise Molten n’est qu’un assemblage qui s’appuie sur un gigantesque carrousel : le cuir synthétique externe du ballon vient de la Corée du Sud, la fine couche de mousse tapissant l’intérieur vient du Japon, la chambre à air en caoutchouc est importée d’Inde, la "carcasse" de coton qui enveloppe la chambre à air est vietnamienne tandis que, enfin, les substances chimiques nécessaires à la finition de la peau du ballon ont été acheminées d’Allemagne. A l’usine de Chonburi, donc, on assemble. C’est la deuxième leçon. Chonburi, ce sont 250 travailleuses (95 femmes pour 5 hommes) qui produisent 1.800 ballons par jour pour un salaire journalier de 10 dollars (200 dollars par mois). Le ballon étant vendu dans le commerce à 150 dollars dans nos contrées, il suffit de sortir sa calculette pour se faire une idée approximative du superprofit réalisé. 1.800 ballons par jour, cela fait, à 150 dollars pièce, un chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
de 270.000 dollars. Continuons. 1.800 ballons produits par 250 travailleuses, cela fait 7,2 ballons par travailleuse, soit un chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
par travailleuse de 1.080 dollars, alors que celle-ci ne gagne – remember – que 10 dollars, soit 0,93% du prix de vente... C’est, il faut l’avouer, une assez jolie plus-value Plus-value En langage marxiste, il s’agit du travail non payé aux salariés par rapport à la valeur que ceux-ci produisent ; cela forme l’exploitation capitaliste ; dans le langage comptable et boursier, c’est la différence obtenue entre l’achat et la vente d’un titre ou d’un immeuble ; si la différence est négative, on parlera de moins-value.
(en anglais : surplus value).
.

Source : International Herald Tribune, 3 juillet 2006.