Pour Apple, l’Inde n’est plus un "paradis social"


Vendredi 14 juillet 2006, GRESEA ASBL, 1495 signes.
Cet article a été visité 136 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La célèbre société informatique américaine Apple a décidé dans le courant de 2006 de suspendre son projet de construire un centre de support technique à Bangalore en Inde, projet qui prévoyait d’engager 3.000 personnes à partir de 2007 pour appuyer la production des ordinateurs Macintosh ainsi que d’autres équipement produits par la firme californienne. La décision serait largement motivée par un coût de main d’œuvre devenu "trop cher" en Inde : le salaire de base des employés a crû 13% de l’an entre 2000 et 2004 et, sur la même période, celui des cadres de niveau intermédiaire de 30%. Rappelons que le secteur de l’outsourcing informatique indien pèse quelque 17.3 milliards de dollars et emploie près de 700.000 personnes. Faut-il y voir le signe annonciateur d’un coup de frein à une expansion jusqu’ici promise à un développement exponentiel ? La course à la mise en concurrence mondiale des travailleurs est un phénomène historique qui, de la même manière que l’opinion voulant que la Terre serait plate, est forcément transitoire. On notera également ce fait significatif que, à la différence de nombreuses entreprises travaillant dans le même secteur, Apple n’a jamais envisagé de délocaliser le noyau central de son business (programmes et logiciels) vers l’étranger. Son département recherche et développement est fermement ancré au quartier général, à Cupertino (Californie).

Source : BusinessWeek 19 juin 2006.