Les travailleurs de Heinz dans le ketchup d’une tourmente spéculative.


Mardi 6 juin 2006, Erik Rydberg, 1828 signes.
Cet article a été visité 107 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Cas d’école que celui du géant alimentaire américain Heinz, bien connu pour ses ketchups. Début juin 2006, Heinz a annoncé un plan drastique de réduction des coûts qui n’est sans ressembler à un hara-kiri. Non content de comprimer de 500 millions de dollars ses frais de fonctionnement, y compris pour la promotion de ses produits dans les magasins, Heinz va en effet fermer quinze (on a bien lu :15 !) de ses usines en jetant 2.700 travailleurs à la rue. Parallèlement, pour rassurer le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
, il va racheter pour un milliard de ses propres actions et augmenter ses dividendes de 16,7%. Faut-il que sa situation soit désespérée pour casser ainsi son propre outil de production... Oui et non. Non parce que ses derniers chiffres de ventes indiquent une progression de quelque 7%, pour atteindre 2,4 milliards de dollars, ce qui éclaire la décision d’une lumière quelque peu absurde. Et puis oui, absurde, parce qu’elle est motivée par un profit trimestriel jugé médiocre et, ceci expliquant cela, par l’entrée en force dans son actionnariat de fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
spéculatifs, celui de William Ackman, qui n’est pas à son coup d’essai, et le Trian Fund Management de Nelson Peltz – dont le seul objectif est de voir multipliée par deux la valorisation boursière de Heinz en vendant ses bijoux de famille, de n’en faire qu’un véhicule d’une opération spéculative, et peu importe, après, si Heinz aura toutes les peines à se relever du traitement de choc. Le management de Heinz n’a eu d’autre choix que s’incliner. Le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
– cet arbitre impartial garant du fonctionnement optimal de l’économie – s’en est trouvé "rassuré". Au lendemain de la décision, air connu, l’action Action Part de capital d’une entreprise. Le revenu en est le dividende. Pour les sociétés cotées en Bourse, l’action a également un cours qui dépend de l’offre et de la demande de cette action à ce moment-là et qui peut être différent de la valeur nominale au moment où l’action a été émise.
(en anglais : share ou equity)
Heinz a fait un bond vers le haut.

Source : Wall Street Journal, 2/6/2006.