L’Oréal accusé "d’apartheid chic"...


Jeudi 1er juin 2006, GRESEA ASBL, 1479 signes.
Cet article a été visité 129 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La célèbre compagnie de cosmétiques française L’Oréal est traînée devant les tribunaux, fin mai 2006, pour discrimination à l’embauche. En cause, la décision de Garnier, filiale de L’Oréal, d’avoir fait appel en 2001, pour sa campagne de promotion, à des hôtesses de type "BBR". BBR est le code secret bien connu des employeurs de l’Hexagone visant à n’embaucher que des français "pur jus" (Bleu Blanc Rouge), à l’exclusion de tous citoyens d’origine arabe, africaine ou asiatique. Le terme Bleu Blanc Rouge, qui renvoie aux couleurs du drapeau français, est naturellement aussi un code bien connu du parti d’extrême droite, le Front National de Jean-Marie Le Pen, a rappelé Samuel Thomas de SOS Racisme, qui est à l’origine de la plainte en justice. Une preuve importante dans ce dossier est le fax écrit par Thérèse Coulange, une ancienne employée de Districom, société de communication opérant pour Garnier, et dans lequel se trouvaient exprimés les critères de recrutement fournis à l’agence de travail intérimaire Adecco : les hôtesses à recruter devaient être "âgées de 18 à 22 ans et du type BBR". Un autre employé de Districom a précisé devant le tribunal que Garnier refusait d’embaucher du personnel d’origine africaine pour la promotion de ses produits. Garnier risque de se voir condamner à une amende de 30.000 euros pour ces pratiques "d’apartheid chic".

Source : The Sunday Times 28/05/06