Tesco adopte une ligne anti-syndicale.


Lundi 29 mai 2006, GRESEA ASBL, 2061 signes.
Cet article a été visité 125 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
britannique Tesco, troisième plus grande chaîne de supermarchés mondiale, compte en 2006 éviter toute présence syndicale dans la nouvelle chaîne de magasins qu’elle prévoit d’implanter sur la côte ouest des Etats-Unis. Cette politique est à l’exemple de Wal-Mart, de Whole Foods, de Trader Trader Opérateur de marché, engagé par une banque ou une société financière, qui soit négocie pour le compte de clients l’achat ou la vente de titres ou d’actifs financiers sur des marchés financiers, soit spécule, c’est-à-dire anticipe les fluctuations du marché, pour le compte de leur employeur.
(en anglais : trader)
Joe’s et d’autres chaînes présentes de l’autre côté de l’Atlantique. Dans les instructions données au directeur des ressources humaines de Tesco-USA, on peut ainsi lire que : « Le responsable de cette fonction a pour principale responsabilité d’une part le management des relations entre les employés, et d’autre part le maintien à la fois des status non syndicaux comme des activités évitant toute participation syndicale. » Tesco, qui dans le futur devrait installer une chaîne de petits magasins dans le sud de la Californie, pénètre dans une région très marquée par les conflits sociaux. Ainsi, en 2004, la région a connu une grève dans un grand magasin ayant duré 4 mois. L’UFCW (United Food and Commercial Workers), centrale syndicale importante du secteur de la distribution, se bat depuis longtemps contre l’expansion des méga centres de Wal-Mart dans la région de Los Angeles. Cette politique anti-syndicale de Tesco est en contradiction flagrante avec la très grande présence syndicale que l’on peut constater parmi les employés de ses magasins en Grande-Bretagne. Aux Etats-Unis, l’exigence d’une absence de représentation syndicale est devenue une priorité pour de nombreux employeurs. Au fond, Tesco est représentatif de ce que l’on nomme le shopping social. Si les conditions sociales sont moins bonnes dans un pays, (ou « plus souples » pour utiliser le langage soft des défenseurs de l’ultra libéralisme Libéralisme Philosophie économique et politique, apparue au XVIIIe siècle et privilégiant les principes de liberté et de responsabilité individuelle ; il en découle une défense du marché de la libre concurrence. mondain) l’entreprise décide de s’installer dans ce pays ; et répond à l’offre la plus alléchante dans ce domaine. C’est la politique de la terre brûlée appliquée au domaine social.

Source : Financial Times 27,28 mai 2006.