Solidarité syndicale contre une délocalisation General Motors.


Mardi 2 mai 2006, GRESEA ASBL, 987 signes.
Cet article a été visité 102 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Des syndicalistes espagnols ont donné à la centrale européenne de General Motors une leçon de savoir-vivre. En avril 2006, GM a annoncé son intention de délocaliser la production de l’Opel Combo du Portugal vers l’Espagne, décision qui menaçait de fermeture l’usine d’assemblage portugaise à Azambuja. C’était sans compter la riposte de deux grosses centrales syndicales espagnoles, qui se sont prononcé contre cette délocalisation Délocalisation Transfert de production vers un autre pays. Certains distinguent la délocalisation au sens strict qui consiste à déplacer des usines ailleurs pour approvisionner l’ancien marché de consommation situé dans la contrée d’origine et la délocalisation au sens large qui généralise ce déplacement à tout transfert de production.
(en anglais : offshoring).
, bien qu’elle eût probablement profité aux travailleurs espagnols qui ne sont pas certains de conserver leur emploi actuel. Les deux centrales ont écrit au manager européen de GM, Carl Peter Forster, qu’ils voulaient le maintien des postes de travail au Portugal. Bel exemple de solidarité syndicale transfrontalière contre la technique, habituelle chez General Motors, de dresser les travailleurs d’un site de production contre ceux d’un autre, à Anvers, Gliwice ou Trollhättan.

Source : Spiegel 29/04/06