Syndicats américains au secours du leader mexicain Gomez Urrutia.


Mardi 28 mars 2006, GRESEA ASBL, 2291 signes.
Cet article a été visité 126 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

En date du 23 mars 2006, le soutien grandit aux Etats-Unis parmi les organisations syndicales pour soutenir Napolean Gomez Urrutia, "formidable avocat" des droits des travailleurs mexicains, qui a été évincé de la direction du Syndicat national des mines et des travailleurs du secteur sidérurgique (National Union of Mine and Metallurgical Workers) par le ministère du Travail de son pays, le 17 février 2006, en dépit de sa réélection régulière dans le courant de mars 2006 à Coahuila. Ainsi, deux grandes centrales syndicales, l’USWA (United Steel Workers of America, qui compte 1,2 millions d’affiliés) et la plus large fédération du pays, l’AFL-CIO, ont appuyé différentes actions de soutien à Napolean Gomez Urrutia. Jim English, le secrétaire trésorier de l’USWA, s’est ainsi prononcé lors d’une manifestation qui se déroulait en mars à Philadelphie : "Nous appelons le gouvernement de Vicente Fox à rétablir dans ses fonctions le leader élu du Syndicat national des mines et des travailleurs du secteur sidérurgique, syndicat connu sous le nom de Los Mineros par ses 250.000 affiliés." Des centaines de travailleurs ainsi que la vice-présidente de l’AFL, Linda Chavez-Thompson ont aussi remis au consulat du Mexique de la ville de Philadelphie une lettre de Leo Gerard, président de l’USWA, lettre demandant au président mexicain que Uruttia retrouve son poste de responsabilité initial. Le gouvernement mexicain de Vicente Fox dit qu’il a destitué Gomez Urrutia pour une affaire de corruption, actuellement en cours d’investigation (des 55 millions de dollars destinés à indemniser des travailleurs mis à pied dans une mine de Sonora revendue en 1989 au géant minier Grupo Mexico, seuls 10 millions de dollars auraient été versés aux travailleurs concernés). Une fédération dissidente de syndicalistes mexicains qui supporte Gomez Urrutia, a appelé ce dernier à donner des éclaircissements concernant les fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
manquants. Pendant qu’il exerçait sa fonction à la tête de sa fédération, Urrutia a gagné beaucoup de batailles importantes contre des compagnies minières, dont une augmentation de salaire de 12 % et de meilleures conditions de travail.

Source : dépêche IPS du 23 mars 2006