Les travailleurs d’Ontex, victimes d’un fonds spéculatif.


Mardi 14 mars 2006, GRESEA ASBL, 1790 signes.
Cet article a été visité 128 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 27 octobre 2005, Ontex, un fabricant de couches et de serviettes hygiéniques à Buggenhout (Flandre) a annoncé une sérieuse restructuration : 160 ouvriers et 20 employés seront licenciés, sans compter les 80 intérimaires qui ne seront plus repris. Comment en est on arrivé là ? La question ne manque pas d’intérêt lorsqu’on sait qu’Ontex était et demeure une entreprise très rentable, présente aux Pays-Bas, en France et en Allemagne – et que son bénéfice d’exploitation avait presque doublé de 2000 à 2001, passant de quelque 32.000 euros à près de 67.000 euros. Le problème, c’est 2002, lorsque, sans doute alléché par ses jolis résultats, le groupe d’"investisseurs" britannique Candover rachète Ontex (pour 800.000 euros). Candover rachète mais en utilisant une technique classique des fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
spéculatifs : en s’endettant pour la moitié de la somme, ce qui va naturellement plomber la trésorerie Trésorerie Ce qu’un acteur économique, souvent une entreprise, dispose comme actifs directement disponibles, c’est-à-dire dans ses caisses ou sous forme de comptes bancaires utilisables.
(en anglais : cash)
d’Ontex. Rien qu’en intérêts Intérêts Revenus d’une obligation ou d’un crédit. Ils peuvent être fixes ou variables, mais toujours déterminés à l’avance.
(en anglais : interest)
, l’endettement nouveau d’Ondex gracieusement offert par Candover lui coûte 40 millions (10% des 400.000 "empruntés"), faisant passer les coûts de sa dette de 20.000 euros (2002) à 93.000 (2003). Intenable, évidemment. Et, donc, plan social, on restructure... Les syndicats de l’entreprise ont exigé d’une part des actionnaires et des créanciers qu’ils réduisent les taux d’intérêt Taux d’intérêt Rapport de la rémunération d’un capital emprunté. Il consiste dans le ratio entre les intérêts et les fonds prêtés.
(en anglais : interest rate)
imposés à Ontex et, d’autre part, de la direction qu’elle maintienne en activité les machines rentables. La direction n’ayant rien voulu entendre, une grève a débouché, in fine, en octobre 2005, sur un plan social, prévoyant un régime de pré pension anticipée à partir de 52 ans, une prime de départ pour les licenciés et d’autres "avantages" sociaux divers.

Source : Syndicats 10/03/2006.