L’affiliation syndicale collective viole les droits de l’homme.


Vendredi 13 janvier 2006, GRESEA ASBL, 886 signes.
Cet article a été visité 118 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’information n’a fait l’objet que d’une brève dans le Financial Times, le quotidien de la City de Londres. La Cour européenne des droits de l’homme, à Strasbourg, vient de juger que les pratiques de "closed shop" (affiliation automatique et collective des travailleurs d’une entreprise) viole la Convention européenne des droits de l’homme, et plus spécifiquement son article 11 qui consacre la liberté d’association. A l’origine de l’affaire, la plainte de deux travailleurs danois contestant la légalité de leur contrat de travail, qui prévoyait ce type d’affiliation. La haute Cour a doctement estimé que l’article 11 doit être interprété comme englobant tant le droit de ne pas être forcé d’adhérer à une association que celui d’en rejoindre une. Droits de l’homme et droits des travailleurs, même combat ?

Source : Financial Times, 12/1/2006.