Levée de boucliers contre Veolia/Connex à Stockholm et Jerusalem.


Vendredi 13 janvier 2006, GRESEA ASBL, 1635 signes.
Cet article a été visité 114 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Connex, la filiale transport de la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
française Veolia, est à l’origine, depuis le début de l’année 2005, d’un conflit social larvé dans le métro de Stockholm (Suède) dont la gestion, après privatisation en 1999, a été confiée à Connex. Une des premières mesures prises par Connex aura été de supprimer les services de santé des travailleurs et de multiplier les contrats à durée déterminée. Comme l’exprimera un travailleur : "La seule chose que possède Connex, c’est le personnel, et la seule manière de gagner de l’argent, c’est d’en réduire les coûts. Lorsque Connex chasse les profits, c’est nous qu’il chasse." En 2005, nouveau tour de vis avec le licenciement du délégué syndical, coupable de "manque de loyauté à son employeur" (déclarations publiques qui ont déplu à celui-ci). Les grèves perlées, sauvages et ludiques se sont succédées tout au long de l’année. Ce n’est pas triste non plus à Jerusalem. Là, Connex, associé à Alstom, a obtenu un contrat de 27 ans pour bâtir et exploiter, y compris par expropriation Expropriation Action consistant à changer par la force le titre de propriété d’un actif. C’est habituellement le cas d’un État qui s’approprie d’un bien autrefois dans les mains du privé.
(en anglais : expropriation)
de terres palestiennes, un réseau de tramways destinés à relier - et donc à pérenniser- les différents colonies juives (illégales) à l’est de Jerusalem. Dans la mesure où ce projet viole le droit international, notent des juristes, c’est plutôt la responsabilité de l’Etat français qui se trouve ici engagée. Au QG de Connex, la réaction est laconique : "Nous ne faisons pas de politique. Nous ne faisons que des affaires."

Source : Folket i Bild/Kulturfront, décembre 2005 et articles 2005 de l’hebdomadaire "Arbetaren".