Le rapport Volcker incrimine 2392 entreprises pour corruption en Irak.


Lundi 31 octobre 2005, GRESEA ASBL, 1519 signes.
Cet article a été visité 194 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’enquête indépendante dont les Nations Unies ont chargé l’ancien président de la Federal Reserve américaine Paul Volcker sur des présomptions de corruption dans le cadre du programme onusien "pétrole contre alimentation" en Irak a déjà fait couler beaucoup d’encre. En raison des suspicions jetées sur des diplomates et hauts fonctionnaires, y compris dans l’entourage familial de Kofi Annan, le secrétaire général de l’ONU ONU Organisation des Nations Unies : Institution internationale créée en 1945 pour remplacer la Société des Nations et composée théoriquement de tous les pays reconnus internationalement (193 à ce jour). Officiellement, il faut signer la Charte de l’ONU pour en faire partie. L’institution représente en quelque sorte le gouvernement du monde où chaque État dispose d’une voix. Dans les faits, c’est le Conseil de sécurité qui dispose du véritable pouvoir. Il est composé de cinq membres permanents (États-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne) qui détiennent un droit de veto sur toute décision et de dix membres élus pour une durée de deux ans. L’ONU est constituée par une série de départements ou de structures plus ou moins indépendantes pour traiter de matières spécifiques. Le FMI et la Banque mondiale, bien qu’associés à ce système, n’en font pas officiellement partie.
(En anglais : United Nations, UN)
. Le dernier rapport de Volcker, rendu public le 27 octobre 2005, fera sans doute à nouveau grincer des dents. Mais dans d’autres milieux. Cette fois, en effet, il s’attaque au secteur privé : quelque 2.392 entreprises dans 66 pays se seraient également prêtées au jeu de la surfacturation et du montage sophistiqué pour masquer le versement de pots-de-vin totalisant 1,8 milliards de dollars. Figurent parmi les entreprises épinglées, Volvo et Atlas Copco (Suède), DaimlerChrysler et Siemens (Allemagne) et la banque BNP Paribas (France) et, seule parmi les sociétés pétrolières, Texaco (filiale de Chevron, USA). On peut avoir sur le sujet des avis différents, souvent teintés d’angélisme dès lors qu’il s’agit de à condamner ces pratiques : on se bornera ici à les constater. Et à noter que la justice est souvent plus prompte à sévir selon qu’on est pauvre ou qu’on est riche... Texte intégral du rapport Volcker : http://www.iic-offp.org/documents/IIC%20Final%20Report%2027Oct2005.pdf

Source : Financial Times des 28 et 29 octobre 2005.