Tribunal de Marseille contre la « fermeture sauvage » d’une usine Nestlé.


Mardi 30 août 2005, Erik Rydberg, 1973 signes.
Cet article a été visité 210 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le droit pour une entreprise de fermer un outil de production n’est pas absolu. Un jugement du Tribunal de première instance de Marseille, qualifié par le Figaro de « rare, voire sans précédent », vient de le confirmer. L’usine de chocolat et de café soluble de Saint-Menet, à Marseille, 427 travailleurs, posait pour Nestlé un problème de « différentiel de compétitivité » (ils s’expriment comme cela) et, en mai 2004, la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
, qui vient d’enregistrer un bénéfice semestriel en hausse de 36%, a décidé sa fermeture pour le 30 juin 2005. Un conflit judiciaire s’en est suivi, portant notamment sur les mesures d’accompagnement du plan social. Sans attendre l’issue de celui-ci, cependant, Nestlé a entamé, à la date prévue, en juin 2005, le transfert de la production vers d’autres sites, à Dieppe, en Suisse, en Italie et en Espagne. D’où occupation de l’usine marseillaise, d’où une procédure en référé visant à faire confirmer un jugement précédent enjoignant les travailleurs à cesser leur action – mais aussi à Nestlé de remettre l’usine « dans un état normal de fonctionnement ». Comme l’a judicieusement fait remarqué un délégué CGT, « Le fonctionnement normal d’une usine, c’est : on reçoit des matières premières, on les transforme et on les livre aux clients. Comme ce n’est pas le cas, c’est une fermeture sauvage. » Le tribunal l’a, donc, bien entendu ainsi. En obligeant Nestlé à rouvrir l’usine, il a jugé illégal, note le Figaro, le fait de « mettre les salariés devant le fait accompli d’une fermeture avant que la justice n’ai statué sur le fond. » Comme le précise un avocat spécialisé dans le droit social : « Le juge semble avoir voulu préserver les droits sociaux des salariés face à ce qui ressemble à un lock-out. » C’est un jugement instructif.

Source : Le Figaro des 22 et 25 août 2005.