Japon. Un système de pointage signé McDonald qui efface une partie du temps de travail.


Vendredi 5 août 2005, Erik Rydberg, 1011 signes.
Cet article a été visité 248 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’entité japonaise de la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
du repas-hamburger industriel, MacDonald Japan, a annoncé qu’il risque de devoir ristourner jusqu’à 18 millions de dollars d’arriérés de salaires (15 millions d’euros ou quelque 600 millions de nos anciens francs belges) à ses employés. Ils sont au nombre d’environ 130.000 au Japon. En cause, la dénonciation d’un système de pointage, mis en pratique en août 2003 et tout récemment abandonné, qui faisait disparaître une partie importante du temps de travail presté par les travailleurs. L’horloge, en effet, ne comptait que par demi-heure, en arrondissant par le bas. Un travailleur qui pointait par exemple à 15h55 était enregistré comme ayant son quitté son travail à 15h30... Lorsqu’on sait que les travailleurs de MacDonald Japon sont presque tous (95%) employés à temps partiels, le système de pointage devait être rudement performant. En termes de surtravail non payé, s’entend.

Source : Financial Times, 3 août 2005