Electrolux recentre et déclasse ses ouvriers surnuméraires.


Mercredi 10 août 2005, Erik Rydberg, 943 signes.
Cet article a été visité 117 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

En annonçant en février 2005 son programme de restructuration, qualifié de "monumental" par les observateurs (transfert d’un tiers de la production vers des pays à bas salaires d’ici à 2008), le géant de l’électroménager Electrolux n’a pas manqué de faire appel à un des grands classiques du discours patronal. Il s’agit, raconte Electrolux, "de se défaire des unités les plus profitables qui ne font pas partie des métiers de base" de l’entreprise. Ainsi va le capitalisme Capitalisme Système économique et sociétal fondé sur la possession des entreprises, des bureaux et des usines par des détenteurs de capitaux auxquels des salariés, ne possédant pas les moyens de subsistance, doivent vendre leur force de travail contre un salaire.
(en anglais : capitalism)
contemporain. Tantôt, il se diversifie (boulimie d’achats d’entreprises), tantôt il recentre ses activités sur ses métiers de base (dégraissage tous azimuts), c’est-à-dire que, au nom d’un même objectif de compétitivité, il fait une chose et son contraire. C’est rationnel ? Non, c’est un des passe-temps du capitalisme Capitalisme Système économique et sociétal fondé sur la possession des entreprises, des bureaux et des usines par des détenteurs de capitaux auxquels des salariés, ne possédant pas les moyens de subsistance, doivent vendre leur force de travail contre un salaire.
(en anglais : capitalism)
tardif, la guerre de tous contre tous.

Source : Financial Times, 20 juillet 2005.