L’étiquetage anti-obésité européen se heurte au lobby agroalimentaire.


Mercredi 10 août 2005, GRESEA ASBL, 2144 signes.
Cet article a été visité 130 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

En France, l’agroalimentaire est l’industrie numéro un avec un chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
qui dépasse les budgets de l’Éducation et de la Défense réunis. C’est dire qu’elle a les moyens de sa politique. Pour faire quoi ? Ces derniers temps résister aux velléités du législateur pour s’attaquer au phénomène de l’obésité – et de la publicité pour les "aliments" qui en sont la cause. C’est par exemple la proposition de loi déposée à l’Assemblée nationale tendant à mettre en garde le consommateur sur la nocivité des sucreries viennoises et boissons sucrées.
Idem au Parlement européen, où le lobby Lobby Groupement créé dans le but de pouvoir influencer des décisions prises habituellement par les pouvoirs publics au profit d’intérêts particuliers et généralement privés. La plupart des lobbies sont mis en place à l’initiative des grandes firmes et des secteurs industriels.
(en anglais : lobby)
agroalimentaire voit d’un mauvais œil le débat sur les "allégations nutritionnelles". Entendre par là les messages imprimés sur les emballages des produits vantant, par exemple, des œufs « anticholestérol », des céréales « essentielles à la croissance osseuse » ou encore des sucettes sans matières grasses ! Le lobby Lobby Groupement créé dans le but de pouvoir influencer des décisions prises habituellement par les pouvoirs publics au profit d’intérêts particuliers et généralement privés. La plupart des lobbies sont mis en place à l’initiative des grandes firmes et des secteurs industriels.
(en anglais : lobby)
agroalimentaire ne lésine pas pour convaincre les parlementaires européens en les abreuvant de brochures et d’invitations à des "débats". Il a été jusqu’à débaucher Beate Kettlitz, responsable du dossier au Bureau européen des unions des consommateurs, en lui proposant un poste de directrice des affaires scientifiques et réglementaires.
Début juin 2005, le lobby a remporté une manche de courte durée au Parlement européen. Celui-ci a en effet refusé, à la majorité relative, d’imposer l’apposition de la mention d’un profil nutritionnel sur les dits "aliments". Le Parlement européen a également dispensé le secteur de prouver leurs assertions pseudo-scientifiques et de les soumettre à l’autorisation préalable de l’Agence européenne de sécurité alimentaire. Les 25 ministres de la Santé du Conseil européen ont cependant aussitôt désavoué la reculade du Parlement en rétablissant la mention obligatoire du "profil nutritionnel" de même que les autorisations préalables. Les députés européens devront se positionner à la prochaine session, en octobre.

Source : Le Canard enchaîné, 22 juin 2005.