Lettre d’info du Gresea n°43


Décembre 2010

Vendredi 31 décembre 2010, Bruno Bauraind, 4012 signes.
Cet article a été visité 225 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

 

Lettre d’information du GRESEA

 

 Gresea Echos n°64 : "Nord-Sud : business opaque – Actes du séminaire"

L’intégration au sein de l’économie mondiale est devenue la norme. Le territoire doit être compétitif pour attirer l’investissement Investissement Transaction consistant à acquérir des actifs fixes, des avoirs financiers ou des biens immatériels (une marque, un logo, des brevets…).
(en anglais : investment)
des sociétés transnationales. Peu importe le prix à payer en termes de conditions de travail, d’éducation ou tout simplement de souveraineté nationale. Ce jeu de "dumping" qui voit firmes et Etats tantôt s’opposer, tantôt coopérer se déroule le plus souvent hors du champ médiatique. L’information socioéconomique pour le travailleur, pour le citoyen ? Circulez, rien à voir !
Voici, schématiquement posée, la problématique du séminaire organisé par le Gresea le 19 novembre 2010. Pour ceux qui n’ont pu assister à cette journée riche en analyses, mais également en propositions, le numéro 64 du Gresea Echos propose une compilation des actes de ce séminaire.
Si vous n’avez pas eu l’occasion de les écouter, lisez Ferhat Horchani (Tunisie), Patrice Allard (France), Robert Cobbaut (Belgique) et Joseph Toé (Togo).
Pour commander le Gresea Echos n°64 "Nord-Sud : business opaque", cliquez ici.

 Libre-échange : quand l’Union européenne Union Européenne Ou UE : Organisation politique régionale issue du traité de Maastricht (Pays-Bas) en février 1992 et entré en vigueur en novembre 1993. Elle repose sur trois piliers : les fondements socio-économiques instituant les Communautés européennes et existant depuis 1957 ; les nouveaux dispositifs relatifs à la politique étrangère et de sécurité commune ; la coopération dans les domaines de la justice et des affaires intérieures. L’Union compte actuellement 27 membres : Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas (1957), Danemark, Irlande, Royaume-Uni (1973), Grèce (1981), Espagne, Portugal (1986), Autriche, Finlande, Suède (1995), Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie (2004), Bulgarie, Roumanie (2007).
(En anglais : European Union)
propose à l’Amérique latine de s’ouvrir…

En mai 2010, la Commission européenne relançait les négociations avec le Mercosur Mercosur Traité de libre-échange et d’intégration économique entre l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay. Avec la signature de l’Accord d’Asuncion (Paraguay) du 26 mars 1991, ces quatre pays se sont engagés à intégrer leurs marchés dans le cadre du marché commun du cône sud (de l’espagnol : Mercado Común del Sur ou Mercosur). Le Venezuela y a adhéré en 2012. La Bolivie, le Chili, la Colombie l’Équateur et le Pérou en sont associés également.
(En anglais : Mercosur)
. Depuis lors, deux cycles de négociations se sont ouverts. Le premier a eu lieu à Buenos Aires en juin 2010. Le second s’est déroulé à Bruxelles en octobre. Une prochaine réunion est prévue à Brasilia fin novembre-début décembre. Pour en savoir plus sur un certain nombre d’enjeux caractérisant la négociation entre le Mercosur Mercosur Traité de libre-échange et d’intégration économique entre l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay. Avec la signature de l’Accord d’Asuncion (Paraguay) du 26 mars 1991, ces quatre pays se sont engagés à intégrer leurs marchés dans le cadre du marché commun du cône sud (de l’espagnol : Mercado Común del Sur ou Mercosur). Le Venezuela y a adhéré en 2012. La Bolivie, le Chili, la Colombie l’Équateur et le Pérou en sont associés également.
(En anglais : Mercosur)
et la Commission européenne, cliquez ici.

 Du "General Motorisme" au "Walmaccarthysme"

Après avoir été le plus grand employeur du monde avec près de 900.000 travailleurs, la General Motors (GM) n’est plus qu’une pâle copie d’elle-même. Si la firme américaine put résister à la concurrence du japonais Toyota dans les années 80, elle n’évite pas aujourd’hui la mutation progressive du modèle économique occidental. Le tertiaire supplante le secondaire. Le monde des services a remplacé celui de l’industrie en tête des ventes. Les habits neufs du capitalisme Capitalisme Système économique et sociétal fondé sur la possession des entreprises, des bureaux et des usines par des détenteurs de capitaux auxquels des salariés, ne possédant pas les moyens de subsistance, doivent vendre leur force de travail contre un salaire.
(en anglais : capitalism)
sont-ils vendus dans les rayons du Wal-Mart ? Pour en savoir plus, cliquez ici.

 Crise et industrie automobile américaine

L’explication de la crise économique actuelle résulte pour beaucoup dans la complète dérégulation Dérégulation Action gouvernementale consistant à supprimer des législations réglementaires, permettant aux pouvoirs publics d’exercer un contrôle, une surveillance des activités d’un secteur, d’un segment, voire de toute une économie.
(en anglais : deregulation).
du secteur bancaire. Si l’endettement croissant de nos sociétés permit par l’ingénierie financière est sans conteste une cause de cette crise, s’en contenter ne permet pas de comprendre le caractère structurel de la catastrophe économique et sociale que nous vivons. L’analyse du secteur automobile permet de dégager l’autre versant de la crise. Pour boucler la boucle, après la crise de l’endettement, voici la crise de surproduction Surproduction Situation où la production excède la consommation ou encore où les capacités de production dépassent largement ce qui peut être acheté par les consommateurs ou clients (on parle alors aussi de surcapacités).
(en anglais : overproduction)
. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 La réalité n’est pas sur Facebook®

Adoubé par le monde du big business, le jeune fondateur du plus grand réseau social au monde, Marc Zuckerberg, vient d’être élu homme de l’année par le magazine Times. Cet engouement se justifie sans doute plus par les potentialités publicitaires de cet outil que par ce qu’il s’y écrit. En effet, la réalité ne se lit pas sur Facebook, l’information non plus ! Pour en savoir plus, voyez notrenewsflash n°73.