Volkswagen Forest : 4.000 emplois à la trappe...


Jeudi 23 novembre 2006, GRESEA ASBL, 2315 signes.
Cet article a été visité 129 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Les salariés du site de VW en Belgique avaient toutes les raisons de craindre des coupes sombres dans l’effectif. Depuis 2005, la direction fait planer la menace de 10, 20 ou 30.000 suppressions d’emplois dans le but explicite de rétablir le taux de profit Taux de profit Rapport entre le bénéfice et le capital investi ; il y a différentes manières de le calculer (bénéfice net par rapport aux fonds propres de l’entreprise ; bénéfice d’exploitation sur les actifs fixes ; et les marxistes estiment le rapport entre la plus-value créée et le capital investi).
(en anglais : profit rate).
– par un système de vase communiquant : réduire de 5 milliards le coût salarial Coût salarial Montant de la rémunération réelle et totale versée par le patron ou l’entreprise aux travailleurs actifs. Le terme « coût » est en fait impropre et est considéré uniquement du point de vue de la firme. Il comprend deux éléments : le salaire direct ou salaire poche et le salaire indirect ou différé. Le premier est ce que le travailleur reçoit en propre, sur son compte ou en liquide. Le second comprend les cotisations à la Sécurité sociale (ouvrières et patronales) et le précompte professionnel (voir ce terme). C’est ce que le travailleur reçoit lorsqu’il est en période, momentanée ou non, d’inactivité. En réalité, cet argent sert à payer les inactifs du moment. Mais si le travailleur tombe lui-même dans cette situation, il sera financé par ceux qui restent en activité à cet instant. C’est le principe de solidarité. Le salaire différé fait donc bien partie de la rémunération totale du travailleur.
(en anglais : total labour cost ou, de façon globale, compensation of employees)
doit permettre de dégager, à l’horizon 2008, un profit de 5 milliards. D’où le mot d’ordre patronal : "Il nous faut un moindre coût par tête ou moins de têtes ou les deux." De là à imaginer que 4.000 emplois passeraient à la trappe à Forest, soit les 2/3 de l’effectif du site... Comme l’a bien vu la FGTB "Cela veut dire qu’à brève échéance, l’usine ferme. Et cela, même pas dans un an." La production de la Golf, la spécialité du site forestois de VW ira en Allemagne. Un certain retour du "patriotisme économique" (air entendu) doit-il être mis en cause ? Pas sûr… Le groupe allemand a, en effet, décidé de supprimer 20.000 emplois en trois ans outre-Rhin (départs volontaires). La "rationalité" paraît donc plus financière qu’industrielle, et vise plutôt à conforter les intérêts des actionnaires et des investisseurs. Pour les neuf premiers mois de 2006, VW a réalisé un bénéfice de 1,2 milliard d’euros (685 millions sur la même période en 2005). Evidemment, pour arriver à crever ces plafonds, la direction de VW doit répondre à un défi : une surproduction Surproduction Situation où la production excède la consommation ou encore où les capacités de production dépassent largement ce qui peut être acheté par les consommateurs ou clients (on parle alors aussi de surcapacités).
(en anglais : overproduction)
dans le secteur automobile, qu’elle-même a contribué à organiser. La solution trouvée, c’est faire baisser le salaire horaire (poids dans le chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
 : 17%) des travailleurs et augmenter leur productivité Productivité Rapport entre la quantité produite et les ressources utilisées pour ce faire. En général, on calcule a priori une productivité du travail, qui est le rapport entre soit de la quantité produite, soit de la valeur ajoutée réelle (hors inflation) et le nombre de personnes nécessaires pour cette production (ou le nombre d’heures de travail prestées). Par ailleurs, on calcule aussi une productivité du capital ou une productivité globale des facteurs (travail et capital ensemble, sans que cela soit spécifique à l’un ou à l’autre). Mais c’est très confus pour savoir ce que cela veut dire concrètement. Pour les marxistes, par contre, on distingue la productivité du travail, qui est hausse de la production à travers des moyens techniques (machines plus performantes, meilleure organisation du travail, etc.), et l’intensification du travail, qui exige une dépense de force humaine supplémentaire (accélération des rythmes de travail, suppression des temps morts, etc.).
(en anglais : productivity)
(travailler plus en moins grand nombre plus longtemps pour moins). Travailler plus sans compensation salariale, c’est la couleuvre qu’ont dû avaler les syndicats allemands lorsque, le 29 septembre 2006, il leur a été proposé de passer, pour un même salaire, de la semaine des 28,8 heures à celle des 35 heures. On leur aura sûrement dit à l’époque qu’il y avait moins cher ailleurs de par le vaste monde. Mettre en concurrence les travailleurs du monde entier, c’est du patriotisme économique ?

Sources : De Tijd, 18 novembre 2006, Les Echos, 22 novembre 2006 et archives Gresea.