On peut même délocaliser des langoustines...


Lundi 18 décembre 2006, Bruno Bauraind, 1637 signes.
Cet article a été visité 118 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

CapVest est un fond d’investissement Investissement Transaction consistant à acquérir des actifs fixes, des avoirs financiers ou des biens immatériels (une marque, un logo, des brevets…).
(en anglais : investment)
américain qui détient entre autres Findus, numéro 1 du surgelé, la marque Iglo et la société écossaise Young’s Seafood. Cette dernière pêche et conditionne en mer d’Ecosse des langoustines pour les supermarchés britanniques tels que Marks & Spencer. Jusque là, on reste dans l’ordinaire du business. Avec CapVest, cela change. Pour gonfler les bénéfices, les actionnaires du groupe américain viennent en effet de décider que les langoustines, pêchées en mer d’Ecosse, seront désormais débarquées pour être congelées, puis ré-embarquées sur des navires à conteneurs vers la Thaïlande. Où elles seront décortiquées à la main dans une usine Findus par des ouvrières et des ouvriers payés 28 fois moins cher (0,65 euro l’heure), avant de repartir vers l’Ecosse pour y être cuites et vendues. Les conséquences de ce petit "détour" sont multiples. Tout d’abord, les aller-retour des crustacés écossais produiront, chaque année, de 600 à 900 tonnes de CO², selon les Amis de la Terre. Après l’environnement, l’humain. La délocalisation Délocalisation Transfert de production vers un autre pays. Certains distinguent la délocalisation au sens strict qui consiste à déplacer des usines ailleurs pour approvisionner l’ancien marché de consommation situé dans la contrée d’origine et la délocalisation au sens large qui généralise ce déplacement à tout transfert de production.
(en anglais : offshoring).
des langoustines coûtera 120 emplois en l’Ecosse. On aurait pu croire, au vu de la baisse du coût de production, à une réduction du prix de vente... Erreur. Le consommateur paiera le même prix et la langoustine restera un mets de luxe. Enfin, on ne s’éternisera pas sur la question de la sécurité alimentaire et du respect de la chaîne du froid... La mondialisation de la langoustine ? Une histoire plutôt indigeste.

Source : Le Canard enchaîné du mercredi 6 décembre 2006.