ExxonMobil est accusé de désinformation.


Mercredi 10 janvier 2007, GRESEA ASBL, 1963 signes.
Cet article a été visité 2333 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans un rapport de 63 pages, une organisation américaine de scientifiques (Union of Concerned Scientists) accuse la société pétrolière ExxonMobil d’avoir "mené une campagne sophistiquée de désinformation" afin de tromper la presse et, partant, l’opinion, en contestant la réalité du réchauffement climatique, et ce de la même manière que, auparavant, l’industrie du tabac pour nier les liens entre tabagie et cancer du poumon. Entre 1998 et 2005, ExxonMobil aurait ainsi versé près de 16 millions de dollars à 43 groupes occultes de lobbying. L’organisation de scientifiques souhaiterait que le nouveau Congrès, à majorité démocrate, en débatte. Voilà qui pourrait réserver des surprises. Parmi les bénéficiaires d’ExxonMobil, on trouve Steven Miloy, réputé pour son rôle dans la fondation pro-tabac créée par Philip Morris et, depuis, recyclé dans une association "scientifique" contre le réchauffement climatique (montée à l’aide d’ExxonMobil) et dans l’Institut d’action pour la libre entreprise (ExxonMobil y a injecté 130.000 dollars). On trouve aussi l’astrophysicienne (sic) Sallie Baliunas, qui se dit spécialiste des taches solaires et qui a reçu 300.000 dollars d’ExxonMobil depuis 1998. Elle a notamment coproduit, en 2003, une étude – réfutée par 13 scientifiques réputés – affirmant que la température terrestre n’ pas changé de manière significative au cours du dernier millénaire. Preuve, sans doute, que ces campagnes ne sont pas sans effet : lorsque les sénateurs Jay Rockefeller et Olympia Snowe ont, en octobre 2006, réclamé que le nouveau PDG d’ExxonMobil mette fin à ces pratiques, l’initiative sera dénoncée dans les pages du Wall Street Journal (proche des lobbys "ExxonMobil") comme une tentative d’étouffer le débat scientifique...

Source : Dépêche IPS du 3 janvier 2007. Pour lire le rapport entier (anglais), voir www.ucsusa.org