Texte de référence. Start People (Creyf’s), maestro de l’intérim.


Lundi 15 janvier 2007, GRESEA ASBL, 1498 signes.
Cet article a été visité 452 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’histoire – la "success story" – de Creyf’s intérim, rebaptisé StartPeople en 2007, offre en miroir une image saisissante de la dégradation des conditions de travail et de la multiplication des emplois "atypiques", dont la société s’est fait une spécialité. A sa fondation, en 1963, Creyf’s n’était qu’un modeste bureau anversois employant 253 travailleurs intérimaires. Le business du travail précaire va croître et embellir. Dans les années 80, Creyf’s, possède 20 bureaux de placement Placement Acquisition de titres en vue d’une opération plutôt à court terme et de faible envergure, n’impliquant pas un contrôle sur l’entité qui a émis ces titres. On considère généralement un achat de moins de 10% des parts de capital d’une firme (notamment à l’étranger) comme un placement et non comme un investissement (à moins qu’il y ait un lien ou des liens supplémentaires avec cette entreprise).
(en anglais : placement)
en Belgique, cinq fois moins qu’en 2001. En 1990, Creyf’s est introduit en bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
. Commence alors la valse des changements de propriétaires. En 1991, Herman Creyf’s, le fondateur de la société, revend sa participation de 51,5% via le holding Holding Société financière qui possède des participations dans diverses firmes aux activités différentes.
(en anglais : holding)
Ciparco. Un holding Holding Société financière qui possède des participations dans diverses firmes aux activités différentes.
(en anglais : holding)
anversois Ackermans & van Haeren (AvH) acquiert 38% de Creyf’s dont le chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
, à l’époque, est de 125 millions d’euros. En 2002, le groupe change, discrètement, son nom en Solvus. En 2005, les Hollandais de USG reprennent le groupe AvH pour la somme de 240 millions d’euros. (43 % au-dessus du cours du titre Titre Morceau de papier qui représente un avoir, soit de propriété (actions), soit de créance à long terme (obligations) ; le titre est échangeable sur un marché financier, comme une Bourse, à un cours boursier déterminé par l’offre et la demande ; il donne droit à un revenu (dividende ou intérêt).
(en anglais : financial security)
). Joli coup, AvH réalise ainsi une plus-value Plus-value En langage marxiste, il s’agit du travail non payé aux salariés par rapport à la valeur que ceux-ci produisent ; cela forme l’exploitation capitaliste ; dans le langage comptable et boursier, c’est la différence obtenue entre l’achat et la vente d’un titre ou d’un immeuble ; si la différence est négative, on parlera de moins-value.
(en anglais : surplus value).
de 130 millions d’euros, un record dans l’histoire du groupe. En 2005, USG, c’est un chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
de 3 milliards d’euros. En 2006, la société occupe la deuxième place du secteur en Belgique avec 15.200 intérimaires placés par jour. Belle progression. Pas pour les travailleurs.

Source : De Tijd, 13 janvier 2007