Pour clore l’année 2006, l’hebdomadaire financier américain BusinessWeek a mis en vedette les meilleurs produits, les meilleures idées de business et les meilleurs dirigeants d’entreprise de l’année. Jusque-là, banal. Mais l’hebdomadaire offre également, en contraste, son choix des dirigeants les plus nuls, des idées les plus nazes, et bien sûr des produits les plus barges. (Comme quoi, soit dit en passant, le secteur privé, toujours présenté par le discours économique libéral dominant comme supérieur au secteur public, n’est pas nécessairement le "maître-choix"). Parmi les pires idées de 2006, relevons ici celle de Wal-Mart, le géant américain de la distribution et de l’antisyndicalisme, qui a fait un flop retentissant en cherchant à prendre d’assaut le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
du vêtement haut de gamme, allant jusqu’à placer une publicité pour un débardeur (d’allure pitoyable) dans le célèbre magazine de mode Vogue. Même dans le secteur privé, il y a des clowns.

Source : BusinessWeek du 18 décembre 2006.