"Pauvres émergents" : offensive Nestlé & Danone.


Jeudi 15 février 2007, Erik Rydberg, 1775 signes.
Cet article a été visité 132 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le monde compte quelque 2,8 milliards de personnes qui vivent avec 10 dollars par jour (en parité de pouvoir d’achat). Ils représentent pour le numéro un mondial de l’industrie agroalimentaire Nestlé, estime son département recherche à Vevey (Suisse), qui planche là-dessus depuis cinq ans, un "marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
potentiel de près de 10 milliards de dollars". C’est le grand projet. Il y a, là, raconte Les Echos, "une clientèle qui échappe aujourd’hui aux modes de production, de consommation et de distribution des économies occidentales". Nestlé s’y est attelé. Avec succès. Au Brésil, 2e marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
mondial de Nestlé, dans le Nordeste (taille comparable à la France...), la croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
de Nestlé est supérieure de 20% à la moyenne nationale. Il a fallu, pour cela, étudier les habitudes alimentaires des "moins-de-dix-dollars", recruter 3.800 vendeuses pour du porte-à-porte dans les quartiers pauvres, produire des aliments "enrichis", pallier l’absence d’infrastructure par des chariots à bras, etc. Et tout cela, naturellement, on n’est pas là pour faire de la charité, "en conservant les mêmes marges [bénéficiaires] grâce à un contrôle rigoureux des coûts". C’est un point sur lequel Les Echos reste discret. Elles sont payées combien, les "ambassadrices" du porte-à-porte Nestlé ? Mystère. Cela reste, néanmoins, tendance (Danone développe la même stratégie au Bangladesh) et révélateur. Le problème structurel du capitalisme Capitalisme Système économique et sociétal fondé sur la possession des entreprises, des bureaux et des usines par des détenteurs de capitaux auxquels des salariés, ne possédant pas les moyens de subsistance, doivent vendre leur force de travail contre un salaire.
(en anglais : capitalism)
est la nécessité de sans cesse trouver des nouveaux marchés pour son penchant naturel à la surproduction Surproduction Situation où la production excède la consommation ou encore où les capacités de production dépassent largement ce qui peut être acheté par les consommateurs ou clients (on parle alors aussi de surcapacités).
(en anglais : overproduction)
. Il n’y a pas de supermarchés sur Mars ou Jupiter. Mais, il reste encore, sur Terre, des niches inexploitées. Les pauvres, par exemple.

Source : Les Echos du 13 février 2007.