Les abribus JCDecaux jouent au gendarme.


Jeudi 8 mars 2007, Erik Rydberg, 1376 signes.
Cet article a été visité 143 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le "mobilier urbain" est, depuis longtemps déjà, un business. L’Etat, désargenté, a confié au privé le "coloriage" commercial de l’espace public. On connaît l’exemple des "abribus". Ils ont été cédés à la multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
française JCDecaux. En échange d’une autorisation d’y placer des publicités, le groupe prend possession de l’arrêt, y érige une construction légère en verre et métal avec un semblant de banc, pas chère, censée protéger les voyageurs de la pluie et du vent. Partenariat public-privé. Mais il y a un problème. Le droit accordé à JCDecaux de barioler l’espace public d’un évangile commercial se heurte à la liberté d’expression des éléments incontrôlables de la Cité. Qui taguent, qui contre-bariolent les précieuses affichettes publicitaires. Dans le langage de JCDecaux, c’est du "vandalisme" : ils n’ont pas payé pour avoir le droit de s’exprimer, donc, ils n’y ont pas droit. JCDecaux a trouvé une parade. Il a développé un prototype de système de "vidéosurveillance", robuste et "intelligente", du flicage "high tech", relié à un PC central, pour alerte et intervention. Il sera intégré dans les 1.800 nouveaux abribus de Milan (Italie). Si cela marche, le système sera sans doute installé partout. Partout, merci de sourire : vous êtes filmés.

Source : l’Usine Nouvelle, 1er mars 2007.