Belgacom "synergise" (égale 1.500 travailleurs virés).


Jeudi 15 mars 2007, Erik Rydberg, 1366 signes.
Cet article a été visité 132 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Didier Bellens, PDG de Belgacom a annoncé le 2 mars 2007 qu’il compte se séparer de 1.500 travailleurs (sur les 18.180 du groupe) au rythme de 300 l’an. La décision – qui remet en mémoire le "plan PTS", qui en avait éliminé 6.000 en 1996 – résulte du rachat de Telindus (2.700 travailleurs) fin 2006 et de la prise de contrôle de sa filiale de téléphonie mobile Proximus (en rachetant les 25% qu’y possédait Vodaphone) : il s’agit, maintenant, d’en faire une "organisation unique", avec un seul nom de marque, ce qui implique, naturellement, la suppression de "redondances" et des "départs plus ou moins volontaires". Le personnel de Telindus en sait quelque chose. Le jour même de l’annonce, une cinquantaine de cadres y ont été remerciés, certains devant rentrer en taxi après avoir remis les clés de leur voiture de fonction, une vague de C4 qui s’explique, naturellement, par le fait qu’ils bénéficiaient d’un statut moins favorable que celui des travailleurs de Belgacom. On supprime toujours d’abord les travailleurs les moins protégés, les plus vulnérables. Tout syndicaliste sait cela. Cela rimera-t-il avec un peu de croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
 ? Peu probable. Le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
de la mobilophonie accuse un recul généralisé en Europe. Et le chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
Belgacom 2006, c’est - 0,9%.

Source : Trends-Tendances du 8 mars 2007.