Roularta promet de rentabiliser ses actifs.


Dimanche 25 mars 2007, Erik Rydberg, 1416 signes.
Cet article a été visité 121 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis le rachat à Serge Dassault de l’intégralité du capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
du groupe Express-Expansion pour 212 millions d’euros, Roularta compte bien "améliorer la profitabilité de son pôle français" (34% de ses revenus). L’objectif, a déclaré le PDG de Roularta, Rik De Nolf, est de "porter à 10% la rentabilité de son acquis d’ici à 2009, contre 5% l’an dernier". Donc, réduire les coûts, jouer les synergies. A l’Express-Expansion, cela s’est traduit par 70 départs, faiblement compensés par 20 embauches – a des conditions moins favorables, sans doute, cela fonctionne toujours comme cela. En 2007, d’autres mesures seront mises en œuvres dans le but d’économiser 5 millions d’euros. L’impression des mensuels français sera délocalisée en Belgique. "Point de vue", repris en novembre 2005, devra se serrer un peu en déménageant dans les locaux de l’Express. Les équipes des gratuits chapeautées par "A Nous" seront transférées à Saint-Ouen. Et, comme ce sera sans doute insuffisant, le prix de vente de l’Express sera probablement doute augmenté en 2008. Les lecteurs devront aussi y aller de leur poche, pas seulement les travailleurs. De Nolf, pour sa part, veut voir Roularta cotée à la Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
de Paris, sans doute avant l’été 2007. Philosophie de marchand de papier. Depuis belle lurette, la presse est un business comme un autre.

Source : Les Echos, 21 mars 2007.