Le fichage Wal-Mart se heurte à des sœurs Bénédictines...


Lundi 16 avril 2007, GRESEA ASBL, 1662 signes.
Cet article a été visité 220 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La paranoïa de Wal-Mart, numéro un mondial de la grande distribution américaine, a été la source d’un amusant effet de boomerang à la suite de la défection d’un de ses agents de surveillance, Bruce Gabbard, qui a révélé à la presse les techniques de surveillance et de fichage sophistiquées auxquelles ont été soumis non seulement les employés de l’entreprise, mais aussi les personnes et organisations qui, de l’extérieur, critiquent la toute puissante multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
. Amusant car, apprenant qu’elles figuraient, dans un mémo Wal-Mart, sur une liste d’organisations constituant une "menace potentielle" (cela ne s’invente pas), les sœurs d’une communauté de Bénédictines établie au Texas sont passées à la contre-attaque. En exigeant, par un courrier adressé au PDG de Wal-Mart, Lee Scott, que Wal-Mart leur donne accès – excusez du peu – "à toute donnée électronique, à tout enregistrement sur bandes magnétiques sonores ou visuelles ainsi qu’à tout mémo, correspondance ou communication de quelque forme ou nature que ce soit" faisant référence à elles, ajoutant que les faits "involontairement rendus publics ne représentent peut-être que la pointe de l’iceberg". C’est frapper fort. Et à partir d’un endroit où on ne serait pas attendu à autant de froide résolution. Leur seul "tort", aux yeux de Wal-Mart ? Avoir cosigné, en tant que membre du Centre œcuménique pour la responsabilité des entreprises, une résolution critique destinée à être mise au vote de la prochaine assemblée générale des actionnaires de Wal-Mart. Subversif, cela...

Source : Financial Times, 14 avril 2007.