ABN Amro, méga-OPA pour un dépeçage intégral.


Mardi 22 mai 2007, GRESEA ASBL, 2280 signes.
Cet article a été visité 161 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’opération, toujours en cours en mai 2007, a été décrite comme la plus grande acquisition bancaire du monde, la troisième plus grosse OPA OPA Offre publique d’achat : proposition publique faite par un investisseur d’acquérir une société ou une partie de celle-ci à un prix annoncé. Elle peut être amicale ou hostile, si le management de la firme ciblée est d’accord de se faire reprendre ou non.
(en anglais : tender offer).
de tous les temps et une sorte de tournant dans l’Europe de la finance, un basculement dans la jungle économique. Car voilà en effet une banque néerlandaise, l’ABN Amro Holding Holding Société financière qui possède des participations dans diverses firmes aux activités différentes.
(en anglais : holding)
, auquel 183 années d’existence et de fidèles et loyaux services à sa clientèle n’offrent plus aucune solidité : nous sommes devenus "les jouets des hedge funds", a déclaré son patron. Elle est en effet la "cible" d’une banque anglaise, la Barclays, qui veut la racheter pour quelque 64 milliards d’euros. Et, surenchère oblige, elle est la cible d’un consortium Consortium Collaboration temporaire entre plusieurs entreprises à un projet ou programme dans le but d’obtenir un résultat.
(en anglais : consortium)
emmené par la Royal Bank of Scotland et appuyé par la banque belgo-néerlandaise Fortis, qui offre quelque 72 millions d’euros – soit 50% de plus qu’ABN valait cinq mois plus tôt... La première comptait sur la vente de la banque LaSalle, la division américaine d’ABN, sans doute pour se renflouer après s’être saignée à blanc dans l’OPA OPA Offre publique d’achat : proposition publique faite par un investisseur d’acquérir une société ou une partie de celle-ci à un prix annoncé. Elle peut être amicale ou hostile, si le management de la firme ciblée est d’accord de se faire reprendre ou non.
(en anglais : tender offer).
. Le second, au contraire, souhaite s’emparer également de LaSalle, sans doute pour en recueillir les fruits à l’avenir. Stratégies spéculatives. L’affaire s’est bloquée là-dessus. Au sujet de LaSalle, les actionnaires actuels n’ont pas été consultés, a estimé le tribunal de commerce néerlandais. Partie remise, donc. Quelle partie ? Tous les observateurs s’accordent pour dire que l’objectif de l’OPA épouse celui du fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
spéculatif Children’s Investment Fund, qui le premier a mis le feu aux poudres en exigeant le démembrement d’ABN – une OPA, donc, qui rime avec "vente à la découpe", avec "dépeçage" en règle, dixit Les Echos, chacun des membres du consortium Consortium Collaboration temporaire entre plusieurs entreprises à un projet ou programme dans le but d’obtenir un résultat.
(en anglais : consortium)
"s’adjugeant le morceau qui l’intéresse". Le syndicat néerlandais FNV résume : "C’est une prise de pouvoir des actionnaires en vue de se remplir les poches." Conséquence probable ? La suppression de quelque 23.600 emplois. Rien que cela. Et, sans doute, pas aux Pays-Bas, mais en Grande-Bretagne, où la protection du travail est nettement plus avantageuse, question licenciements. Ainsi va le monde.

Sources : Les Echos du 26 avril 2007, Financial Times des 30 avril et 5 mai 2007, Wall Street Journal des 30 avril et 4 mai 2007.