Une vague de fusions s’abat sur l’Europe.


Dimanche 1er juillet 2007, Henri Houben, 1296 signes.
Cet article a été visité 75 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Certains auraient pu se dire qu’avec les excès de la croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
financière mondiale des années 90, les entreprises allaient calmer leurs ardeurs pour reprendre d’autres firmes. Il n’en est rien.
Après le pic d’acquisitions et de fusions atteint en 2000 avec le chiffre astronomique de 3.440 milliards de dollars mis en jeu, il y a eu effectivement une accalmie. Le krach Krach Effondrement subi d’une ou plusieurs places boursières à la suite d’une bulle financière. Il suscite souvent, chez les investisseurs, des conduites de panique qui amplifient cette situation de crise sur l’ensemble des marchés internationaux. L’exemple type du krach est celui qui affligea la bourse de Wall Street en 1929.
(En anglais : stock market crash)
boursier de 2001 a ramené les sommes à quelque 1.185 milliards de dollars en 2002. Mais, depuis lors, l’euphorie a repris et les dangers d’une nouvelle crise financière oubliés. En 2006, les montants sont passés à 2.859 milliards de dollars. Une hausse de 26% par rapport à 2005.
La particularité de ce mouvement est que l’Europe se met à danser aussi vite que les Américains. En effet, le "vieux" continent a déboursé 912 milliards de dollars pour ce genre d’opérations contre "seulement" 906 pour les Etats-Unis. Et 2007 pourrait battre de nouveaux records : la valeur des transactions a déjà augmenté de 53% au premier semestre par rapport à la même période en 2006. Que fait la police ?

Source : Le Monde du 26 juin 2007.Voir aussi Thomson Financial, "Mergers & Acquisitions Review", Fourth Quarter 2006 ( http://www.lesechos.fr/medias/2007/0103/300127295.pdf )