Ecover, c’est du biocapitalisme .


Vendredi 20 juillet 2007, GRESEA ASBL, 2030 signes.
Cet article a été visité 198 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Ecover, premier producteur mondial de produits de détergents écologiques et propriété de Jörgen Philipp-Sörensen (ex-patron de Group 4 Securitas) voit la vie en rose. En 2007, les perspectives d’avenir de la société située à Malle, non loin d’Anvers sont des plus florissantes. Avec un chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
en hausse de 26%, la croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
des revenus du fabricant de détergents bio est tout simplement époustouflante. Conséquence : pour les années 2007 et 2008, Ecover a planifié une série d’investissements pour une valeur de 12 millions d’euros qui s’ajouteront aux 10 millions déjà déboursés pour la construction d’une nouvelle usine à Boulogne-sur-Mer. La conception de cette dernière fait logiquement la part belle aux matériaux écologiques (notamment, une toiture végétale assurant une isolation naturelle). La production de cette nouvelle unité devrait atteindre les 18.000 tonnes par an. L’usine de Malle a, en effet, atteint sa production maximale (26.000 tonnes par an). Elle sera rénovée et on construira à proximité de cette dernière un nouvel entrepôt. Les effectifs d’Ecover devraient également croître à l’avenir. Ecover emploiera 132 personnes cette année contre 113 en 2006. La qualité des produits Ecover nourrit les convoitises des enseignes de la grande distribution. Des chaînes de supermarchés ont déjà contacté les responsables de l’entreprise verte pour fabriquer des produits génériques à leur nom. Proposition refusée par Ecover qui n’entrera pas non plus en bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
. Fort de sa philosophie alternative, la marque Ecover continue à être présente dans les magasins diététiques. Question de philosophie. C’est dans ces points de vente qu’Ecover offre l’intégralité de sa gamme de produits et applique sa politique de réutilisation des flacons. Comme quoi, on peut réussir dans les affaires sans passer par la bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
et en refusant le tout au discount des grandes enseignes. Exemple à méditer.

Source : L’Echo du 28 juin 2007