Volvo en Palestine, évangélisme douteux.


Mardi 12 juin 2007, GRESEA ASBL, 1850 signes.
Cet article a été visité 128 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Volvo, pour doper la vente de ses véhicules, s’est autoproclamé champion de la sécurité. Est-ce vrai partout ? Des véhicules Volvo ont été utilisés, le 25 juin 2007, par l’armée israélienne afin d’attaquer les villages palestiniens d’Atir et de Um Hayran dans le Neguev. En 1956, ces deux villages avaient été attribués aux Palestiniens comme suite à la naqba de 1948. Un habitant du village a filmé l’agression par l’armée israélienne. Des bulldozers jaunes Volvo ont été utilisés pour abattre les maisons. Ces événements ont été relatés par l’Eglise méthodiste de Nouvelle Angleterre aux Etats-Unis à l’occasion de la rencontre annuelle consacrée aux entreprises tirant profit de l’occupation israélienne dans les territoires occupés. C’est à la faveur de l’enquête réalisée par le groupe de travail "désinvestir", qui milite pour le désinvestissement économique afin de contribuer à l’établissement de la paix et de la justice au Proche-Orient, que les agissements de Volvo ont été dénoncés. La marque Volvo est également impliquée dans la construction du mur séparant Israël des territoires occupés. Mayers Cars & Trucks est le distributeur en Israël de la marque Volvo. Et selon des sources israéliennes, c’est un des plus grands fournisseurs de machines utilisées dans le cadre de la construction du mur et de l’installation de colonies juives en Cisjordanie. De tels agissements ont été condamnés par la Cour Internationale de Justice. Après "War on Want" et "Pax Christi" en Grande-Bretagne, l’Eglise méthodiste unifiée des Etats-Unis a appelé à des sanctions économiques contre Volvo. Bref, Volvo, une marque sécurisante pour le consommateur occidental moyen mais pas pour le peuple de Palestine.

Source : Dépêche Indymedia du 6 juillet 2007