Carrefour, Daimler & Co. : des cornes d’abondance !


Lundi 3 septembre 2007, Erik Rydberg, 2529 signes.
Cet article a été visité 114 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La financiarisation Financiarisation Terme utilisé pour caractériser et dénoncer l’emprise croissante de la sphère financière (marchés financiers, sociétés financières...) sur le reste de l’économie. Cela se caractérise surtout par un endettement croissant de tous les acteurs économiques, un développement démesuré de la Bourse et des impératifs exigés aux entreprises par les marchés financiers en termes de rentabilité.
(en anglais : securitization ou financialization)
de l’économie a cet effet, apparemment contradictoire, qu’une crise de liquidités peut frapper les institutions financières (asséchées par des créances douteuses) à un moment où les grandes entreprises ne savent trop que faire de leur immense surplus en trésorerie Trésorerie Ce qu’un acteur économique, souvent une entreprise, dispose comme actifs directement disponibles, c’est-à-dire dans ses caisses ou sous forme de comptes bancaires utilisables.
(en anglais : cash)
. Fin août 2007, le montant total des douze plus grandes opérations de rachat d’actions mises en route depuis le début de l’année s’élevait à quelque 130 milliards d’euros avec, en vedette, Procter & Gamble (30 milliards de dollars), Nestlé (20,7 milliards de dollars) et Wal-Mart (15 milliards de dollars)... Racheter ses propres actions, nota bene, correspond à une destruction de valeur, c’est de l’argent jeté par les fenêtres où, sous les balcons, des "investisseurs" ouvrent les bras pour recevoir la rétribution de leurs placements spéculatifs. DaimlerChrysler est un bon exemple. Il a annoncé, fin août 2007, des rachats d’actions pour un montant de 7,5 milliards d’euros au nom d’une logique qui n’a rien d’industrielle puisqu’ils font suite à la vente de Chrysler et de sa participation dans Mitsubishi Motors, de même qu’à un désengagement dans la production de la Smart, soit autant de désinvestissements. Chez Carrefour, c’est plus subtil. En mars 2007, le tandem spéculatif associant le Groupe Arnault et le fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
Colony Capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
ont acquis 9,1% du capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
de Carrefour (et deux sièges d’administrateur sur sept)). Ce n’était pas le placement Placement Acquisition de titres en vue d’une opération plutôt à court terme et de faible envergure, n’impliquant pas un contrôle sur l’entité qui a émis ces titres. On considère généralement un achat de moins de 10% des parts de capital d’une firme (notamment à l’étranger) comme un placement et non comme un investissement (à moins qu’il y ait un lien ou des liens supplémentaires avec cette entreprise).
(en anglais : placement)
d’un bon père de famille, ce qui était visé était le patrimoine Patrimoine Ensemble des avoirs d’un acteur économique. Il peut être brut (ensemble des actifs) ou net (total des actifs moins les dettes).
(en anglais : wealth)
immobilier de Carrefour, que ce dernier évalue à 20-24 milliards d’euros et qui, vendu, représenterait une jolie plus-value Plus-value En langage marxiste, il s’agit du travail non payé aux salariés par rapport à la valeur que ceux-ci produisent ; cela forme l’exploitation capitaliste ; dans le langage comptable et boursier, c’est la différence obtenue entre l’achat et la vente d’un titre ou d’un immeuble ; si la différence est négative, on parlera de moins-value.
(en anglais : surplus value).
pour les actionnaires. Suffit d’exercer une légère pression. Chose faite, manifestement, puisque Carrefour a annoncé, fin août 2007, la mise en bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
de sa division "actifs immobilier" (60% du parc, 280 hypermarchés et 540 supermarchés) avec vente de 20% du stock Stock Sous sa forme économique, c’est l’ensemble des avoirs (moins les dettes) d’un acteur économique à un moment donné (par exemple, le 31 décembre 2007). Ce qui sort ou qui entre durant deux dates est un flux. Le stock dans son sens économique s’oppose donc au flux. Sous son interprétation comptable, le stock est l’ensemble des marchandises achetées qui n’ont pas encore été produites ou dont la fabrication n’a pas été achevée lors de la clôture du bilan ou encore qui ont été réalisées mais pas encore vendues.
(en anglais : stock ou inventory pour la notion comptable).
, ce qui devrait lui rapporter quelque 3 milliards d’euros et lui permettre, grâce à la vente de quelques actifs "non stratégiques" supplémentaires, de réunir les 4,5 milliards d’euros que Carrefour va affecter à des rachats d’actions et, ainsi, pour utiliser l’expression de la presse financière, "soigner ses actionnaires", Groupe Arnault, Colony Capital Capital & Co. Leur intérêt dans Carrefour ? Maximiser leur placement Placement Acquisition de titres en vue d’une opération plutôt à court terme et de faible envergure, n’impliquant pas un contrôle sur l’entité qui a émis ces titres. On considère généralement un achat de moins de 10% des parts de capital d’une firme (notamment à l’étranger) comme un placement et non comme un investissement (à moins qu’il y ait un lien ou des liens supplémentaires avec cette entreprise).
(en anglais : placement)
, point à la ligne. Ainsi fonctionne l’économie financiarisée.

Sources : Financial Times des 30 et 31 août 2007 et Les Echos du 31 août 2007.