GDF Suez, big is beautiful ?


Samedi 15 septembre 2007, Erik Rydberg, 1789 signes.
Cet article a été visité 87 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le PDG de la République française, Nicolas Sarkozy, s’est donc imposé à Gérard Mestrallet, PDG – faisant fonction ? – du Groupe Suez. Le premier était résolu de débloquer, à ses conditions, le dossier de fusion Fusion Opération consistant à mettre ensemble deux firmes de sorte qu’elles n’en forment plus qu’une.
(en anglais : merger)
de Suez et Gaz de France (enlisé depuis dix-huit mois), et le second a cédé, le 3 septembre 2007. Le champion national français de l’énergie envisagé, baptisé GDF Suez et fort d’une capitalisation boursière Capitalisation boursière Évaluation à un moment donné de la valeur boursière totale d’une firme ou, en additionnant toutes les sociétés cotées, d’une Bourse. Elle s’obtient en multipliant le nombre d’actions émises par le cours de ce titre au jour où l’estimation est faite.
(en anglais : market capitalization)
cumulée de 87,7 milliards d’euros, suppose que Suez se débarrasse au préalable, par filialisation Filialisation Stratégie d’une entreprise consistant à transformer un département en société juridiquement indépendante, mais toujours contrôlée par la firme en question.
(en anglais : changing in subsidiary ; en fait, il n’y a pas de traduction directe)
, de son "pôle environnement", business de l’eau inclus, afin de permettre un échange des actions à parité qui ne lèse pas l’Etat, actionnaire Actionnaire Détenteur d’une action ou d’une part de capital au minimum. En fait, c’est un titre de propriété. L’actionnaire qui possède une majorité ou une quantité suffisante de parts de capital est en fait le véritable propriétaire de l’entreprise qui les émet.
(en anglais : shareholder)
majoritaire de Gaz de France. Mestrallet était contre, au nom d’une certaine logique industrielle, mais il a donc dû céder devant un raisonnement de boutiquier que Sakorzy savait appuyé par des alliés de poids, dont Albert Frère, actionnaire Actionnaire Détenteur d’une action ou d’une part de capital au minimum. En fait, c’est un titre de propriété. L’actionnaire qui possède une majorité ou une quantité suffisante de parts de capital est en fait le véritable propriétaire de l’entreprise qui les émet.
(en anglais : shareholder)
principal de Suez, qui réalisera une coquette plus-value Plus-value En langage marxiste, il s’agit du travail non payé aux salariés par rapport à la valeur que ceux-ci produisent ; cela forme l’exploitation capitaliste ; dans le langage comptable et boursier, c’est la différence obtenue entre l’achat et la vente d’un titre ou d’un immeuble ; si la différence est négative, on parlera de moins-value.
(en anglais : surplus value).
grâce à la mise en Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
de 65% du pôle filialisé (elle devrait rapporter aux actionnaires entre 8 et 10 milliards d’euros). D’aucuns ont brandi l’argument que, faute de faire front et de fusionner, Suez se verrait avalé par le géant italien Enel, et que la tendance, dans le secteur de l’énergie, est à la consolidation – on disait avant : à la concentration, aux grands monopoles. L’affaire reste, en septembre 2007, loin d’être conclue. Les syndicats, pour qui l’opération revient à livrer la maîtrise publique de l’énergie aux marchés financiers, avec hausse des tarifs et casse sociale à la clé, promettent un long processus de riposte.

Sources : Le Canard Enchaîné du 5 septembre 2007 et Financial times, Les Echos et l’Humanité du 4 septembre 2007