General Motors : leçons d’une grève.


Jeudi 4 octobre 2007, Erik Rydberg, 3549 signes.
Cet article a été visité 243 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La grève de 48 heures (du lundi 25 au mercredi 26 septembre 2007) des 73.000 travailleurs de l’United Auto Workers (UAW) dans les 82 usines de General Motors aux États-Unis a été saluée de diverses manières. Une "bombe atomique" clamera la presse locale de Detroit le jour J, et en effet, depuis 1970 (67 jours de grève), depuis 1998 (53 jours), General Motors n’avait pas dû faire face à pareil assaut ouvrier. Après coup, cependant : pétard mouillé. La grève n’aurait servi qu’à sauver la face du syndicat (baroud d’honneur, pour la galerie), et General Motors, de son côté, aurait utilement mis à profit l’arrêt pour faire maigrir ses stocks. Cause du conflit : la reconduction d’un accord d’entreprise de quatre ans, suivie avec intérêt par Ford et Chrysler où le résultat des négociations allait avoir valeur de précédent. Jusqu’à la grève : négociations feutrées, se plaisait à souligner la presse financière. Pas vraiment. A la fin du mois d’août, on apprenait que Ford et General Motors avaient menacé de quitter Detroit et de délocaliser la production à l’étranger si les syndicats n’acceptaient pas des réductions salariales massives. C’est en enjeu qui, au fil des commentaires de presse, a été un peu perdu de vue. On avait des mots, là, que pour la volonté de General Motors de transférer sa dette de couverture sociale (l’éjecter de son bilan) vis-à-vis de ses 600.000 travailleurs (actifs et retraités), entre autres perçue comme pénalisant sa compétitivité, vers un fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
indépendant cogéré par le syndicat UAW – ce sur quoi ce dernier était grosso modo d’accord. Ce n’est pas là que cela calait. Cela calait pour l’emploi et les salaires. Emploi : déjà contraint d’accepter un plan de restructuration faisant passer 30.000 emplois à la trappe d’ici à la fin 2008, l’UAW voulait des garanties pour qu’on s’arrête à cela. Il ne les a pas obtenues. Salaires : échec, là aussi, puisque l’UAW s’est incliné devant l’instauration d’une échelle barémique à deux vitesses, statu quo pour les travailleurs en place mais réduction drastique pour les nouveaux embauchés, ce qui ne contribuera guère à faciliter l’unité et la solidarité syndicales. L’UAW, il est vrai, est lui-même déforcé par sa structure d’âge : 44% de ses affiliés sont retraités et 63,5% des affiliés actifs suivront le même chemin endéans cinq ans. Voilà qui affaiblit. De même que, et c’est sans doute la leçon principale, le fait que la grève avait été organisée à l’intérieur des frontières des États-Unis (où General Motors réalise moins de la moitié de ses ventes), et pas au-delà : elle y était "confinée", comme faisait observer un analyste pour en souligner l’impact négligeable. No comment.
(Il a fallu attendre le 16 octobre 2007 pour connaître dans le détail les concessions salariales arrachées aux travailleurs de General Motors : échelle salariale à deux vitesses, donc, prévoyant de payer les nouveaux embauchés 25,66 dollars par heure au lieu des 78,21 dollars conquis par les "anciens" – c’est faire chuter le salaire de 67% et massivement, puisque trois quarts des 74.500 travailleurs de General Motors USA seront pensionnés dans les quatre prochaines années et, donc, remplacés très bon marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
. Financial Times du 16 octobre 2007).

Sources : Guardian Weekly du 31 août 2007, Financial Times des 14, 25, 26 et 27 septembre 2007, Les Echos des 24 et 25 septembre 2007 et The Economist du 29 septembre 2007.