General Motors USA, hold-up sur les salaires.


Lundi 8 octobre 2007, Erik Rydberg, 1561 signes.
Cet article a été visité 115 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’accord intervenu entre General Motors et le syndicat United Auto Workers dans le cadre de la reconduction de l’accord d’entreprise 2007-2010 est révélateur du détricotage de ce que d’aucuns appellent le "contrat social" made in USA. En cause : la couverture sociale des travailleurs (soins de santé et pension) que les entreprises sont censées, outre-Atlantique, faute de sécurité sociale, provisionner dans leurs comptes – et qu’elles évacuent au rabais, de plus en plus, vers des "fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
" indépendants : on en compte aujourd’hui plus de 2.500, dont la solidité n’est pas à toute épreuve : celui de Caterpillar s’est effondré en 2005... Au rabais ? Dans le nouveau système, le travailleur de General Motors, notent le quotidien Les Echos, "payera plus pour être moins bien couvert". C’est, à bien y regarder, un formidable hold-up sur les salaires. Ladite "couverture sociale" (cotisations sociales, chez nous) fait en effet partie intégrante du salaire du travailleur américain et, là, les chiffres donnent le vertige : on estime actuellement à 300 milliards de dollars les dépenses de couverture sociale que les 500 entreprises de l’indice Standard & Poor’s ne pourront pas financer à l’avenir, et c’est pire dans le secteur public : quelque 1.000 milliards. Qui suivront sans doute, à grands coups de rabots, le chemin d’une "externalisation Externalisation Politique d’une firme consistant à sortir de son ou de ses unités de production traditionnelles des ateliers ou départements spécifiques. Cela peut se passer par filialisation ou par vente de ce segment à une autre entreprise.
(en anglais : outsourcing)
" vers des fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
indépendants, souvent gérés par les syndicats. Tout va bien ?

Source : Les Echos du 5 octobre 2007