Les ouvriers de Ford débrayent (Russie).


Mercredi 21 novembre 2007, Erik Rydberg, 1524 signes.
Cet article a été visité 89 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’information est courte mais, dans brièveté, évocatrice. Le débrayage des 1.500 travailleurs russes de l’usine Ford à Vsevolozhsk (région de Leningrad) a démarré dans la nuit du lundi au mardi (19-20 novembre 2007), à minuit pile. C’est une heure où peu songent à entamer un bras de fer. Nuit noire, le fracas des chaînes fait place à un front, à un bloc de silence, bras croisés. Ils veulent une augmentation salariale, 30% environ, et une réduction du travail de nuit, qu’ils veulent voir ramené de 7,5 à 6,5 heures. C’est la troisième grève en un an. Il y a eu celle, d’avertissement, le 7 novembre, après trois mois de négociations patron-syndicats, et puis celle de février 2007, au terme de laquelle ils avaient obtenu des augmentations allant de 14 à 20%. Là, ils remettent cela. Nous disons "ils" mais, dans l’usine silencieuse, il y a sans doute aussi des ouvrières. Les chaînes de Vsevolozhsk "crachent" 300 Ford Focus par 24 heures. La direction a annoncé, un peu comme Sarkozy en France, qu’elle ne négociera pas tant que durera la grève. Le comité de grève n’a fixé à celle-ci aucun terme, elle ferait perdre à Ford entre 4 et 6 millions de dollars par jour de production perdu. (L’information est aussi brève que peu diffusée : elle a échappé aux radars tant des Echos que du Financial Times et du Soir, par exemple.)

Source : Wall Street Journal du 21 novembre 2007 (complété par une dépêche de la veille, mise en en ligne par l’Agence Itar-Tass).