Actionnaire de référence chinois chez Fortis.


Mardi 8 janvier 2008, GRESEA ASBL, 1852 signes.
Cet article a été visité 112 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce début d’année 2008 est une période délicate pour le bancassureur belgo hollandais Fortis. Affaibli par la crise du ″subprime Subprime Crédit accordé à une famille qui ne possède pas les conditions pour obtenir celui-ci, c’est-à-dire avoir des rentrées financières stables ; ce prêt est considéré comme étant risqué ; dont le taux d’intérêt pratiqué ne sera pas celui d’un risque normal, appelé aux États-Unis « prime rate » (taux de base), mais celui d’une catégorie « en dessous » (subprime).
(en anglais : subprime).
″ aux Etats-Unis et le coût du rachat d’ABN Amro, le groupe présidé par Maurice Lippens a accueilli avec un certain soulagement l’entrée dans son capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
de l’assureur chinois Ping An Life. Ce dernier a déboursé quelque 1,8 milliard d’euros pour acquérir 4% de Fortis (et un siège non exécutif au conseil d’administration). Il devient par cette opération, nota bene, le premier actionnaire Actionnaire Détenteur d’une action ou d’une part de capital au minimum. En fait, c’est un titre de propriété. L’actionnaire qui possède une majorité ou une quantité suffisante de parts de capital est en fait le véritable propriétaire de l’entreprise qui les émet.
(en anglais : shareholder)
du groupe, l’actionnaire Actionnaire Détenteur d’une action ou d’une part de capital au minimum. En fait, c’est un titre de propriété. L’actionnaire qui possède une majorité ou une quantité suffisante de parts de capital est en fait le véritable propriétaire de l’entreprise qui les émet.
(en anglais : shareholder)
de référence, comme on dit parfois (90% du capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
est ″flottant″). Cette prise de participation amicale permet au banquier belgo-hollandais de s’ouvrir de nouveaux horizons commerciaux en Chine et, surtout, de stabiliser son actionnariat face aux cow-boys de la finance internationale tels les fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
activistes TCI ou Knight Vinke. De plus, il ne s’agit pas d’une prise de contrôle car, d’une part, Ping An Life n’aura pas le droit d’accroître sa participation au-delà de 4,99%, sauf autorisation du conseil d’administration de Fortis et, d’autre part, la législation chinoise interdit à ses institutions financières d’investir plus de 5% de leurs liquidités à l’étranger. L’histoire se mue donc en compte de fée pour Fortis. Un groupe chinois vient renforcer son actionnariat sans exiger grand-chose en échange. Cependant, cette opération doit être examinée sur le long terme car la convention qui encadre la prise de participation est limitée dans le temps (3 ans) et la législation chinoise connaît actuellement une période de mutation. Ping An pourrait à l’avenir se montrer plus exigeant envers son partenaire.

Sources : la Libre Belgique du 30 novembre 2007 et le Trends-Tendances du 6 décembre 2007