Philips : 4.400 travailleurs belges, 2 spéculateurs yankee.


Mercredi 12 décembre 2007, Erik Rydberg, 1883 signes.
Cet article a été visité 120 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le géant de l’électronique néerlandais Philips se porte plutôt bien en Belgique. Bénéfice 2006 pour la Belgique et le Luxembourg, 270 millions (en progression de 132% comparé à 2005) pour un chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
de 1,6 milliard d’euros. Il occupe environ 4.400 travailleurs – environ car les données du site de Philips Belgique datent de 2005. Là, cependant, pour ces travailleurs, il y a un nuage à l’horizon. Car Philips est une multinationale Multinationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : multinational)
, forte d’une capitalisation boursière Capitalisation boursière Évaluation à un moment donné de la valeur boursière totale d’une firme ou, en additionnant toutes les sociétés cotées, d’une Bourse. Elle s’obtient en multipliant le nombre d’actions émises par le cours de ce titre au jour où l’estimation est faite.
(en anglais : market capitalization)
de 32,5 milliards d’euros et, aux États-Unis, Jana Partners et DE Shaw, deux fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
spéculatifs (hedge funds), y ont investi quelque 520 millions d’euros pour acquérir 1,6% du capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
. Assez, mettons, pour faire pression. Pas pour améliorer l’outil, naturellement, c’est la rémunération des actionnaires qui les intéresse. Ils souhaitent entre autres que Philips accélère et étende son programme de rachat de ses propres actions ("buy back"), ce qui revient donc à enrichir les "investisseurs". Pour se faire une idée des sommes en jeu, le programme "buy back" 2006 de Philips prévoyait un rachat pour 4 milliards d’euros, dont 1,6 milliards est resté en rade, et un nouveau programme est prévu en 2008. Contrôlé à hauteur de 20% par la banque Lehman Brothers,Jana Partners est réputé pour son action de déboulonnage de la direction de Deutsche Börse aux côtés des fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
spéculatifs Attica et TCI, et gère aujourd’hui 4 milliards d’euros d’actifs. DE Shaw, lui, en gère quelque 35 milliards. Et, donc, ils poussent, chez Philips, au désinvestissement – non sans résultat puisque, aussitôt connue, leur entrée en force dans l’actionnariat fera bondir l’action Action Part de capital d’une entreprise. Le revenu en est le dividende. Pour les sociétés cotées en Bourse, l’action a également un cours qui dépend de l’offre et de la demande de cette action à ce moment-là et qui peut être différent de la valeur nominale au moment où l’action a été émise.
(en anglais : share ou equity)
Philips de 4,2% à la Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
d’Amsterdam.

Sources : Les Echos du 11 décembre 2007, le site des métallos FGTB http://www.6com.be et celui de Philips Belgique.