Wikipedia : dangereuses fréquentations.


Lundi 10 décembre 2007, Erik Rydberg, 1690 signes.
Cet article a été visité 223 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le dictionnaire "associatif" en ligne Wikipedia est devenu le machin incontournable du savoir facile, à portée d’un "clic", sympa et interactif. Il témoigne aussi d’un changement radical dans nos rapports avec les sources factuelles de ce que nous lisons et écrivons, tant en termes de leur stabilité (les "définitions" de Wikipédia changent constamment) que de leur fiabilité, puisque n’importe qui peut les modifier, voire les manipuler : voir à ce sujet l’analyse parue dans la revue Plan B (n°10, octobre-novembre 2007, accessible à l’adresse URL http://www.leplanb.org/medias/wikipedia-souffre-de-calvitie.html ). La mésaventure contée par l’historien turc Taner Akçam en offre une jolie illustration. En déplacement au Canada, il se verra ainsi détenu pendant cinq heures à l’aéroport, sans que ni lui, ni l’agent d’immigration chargé de le surveiller durant ce très long contrôle n’en voie la raison. Le policier essayera bien de s’informer auprès de son prisonnier mais celui-ci, naturellement, ne pouvait pas lui être d’une grande aide : "Si vous n’en connaissez pas la raison, comment voulez-vous que je le sache." La solution du mystère, au bout du compte, tiendra en une feuille de papier, une photocopie, celle de la page Wikipedia le concernant, qui le décrivait comme un terroriste impliqué dans des complots contre les Etats-Unis. Un faux, bien sûr, mais, dans une monde crédule, un faux crédible, puisque c’était-sur-Wikipedia... (Taner Akçam est spécialiste du génocide arménien. Cela ne lui fait pas que des amis, par exemple, à l’intérieur de la "communauté" Wikipedia).

Source : Financial Times, 8 décembre 2007.