Entente verticale sur le marché du jouet.


Vendredi 21 décembre 2007, Bruno Bauraind, 1946 signes.
Cet article a été visité 158 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

En France, le Conseil de la Concurrence, l’autorité de régulation des marchés, vient de condamner 5 fournisseurs et 3 distributeurs de jouets à une amende totale de 37 millions d’euros pour s’être entendus sur les prix de vente durant les périodes de Noël au détriment des consommateurs. Entre 2001 et 2003, un mécanisme d’entente verticale sur les prix a été mis en œuvre par les principaux acteurs du marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
du jouet en France. Les trois principaux distributeurs, Carrefour, Maxi Toys et JouéClub, se sont entendus avec leurs fournisseurs respectifs pour faire cesser toute concurrence en obtenant un prix unique pour chaque jouet. Pour consolider le tout, les trois distributeurs ont également participé activement à des opérations de ″police des prix". Récidiviste, Carrefour est l’enseigne la plus lourdement condamnée puisqu’elle se voit infliger 27,4 millions d’euros. Pour cause, le géant de la distribution mondiale, a utilisé sa soi-disant politique agressive sur les prix – ″Carrefour rembourse 10 fois la différence" – pour encourager les clients à identifier et dénoncer les enseignes qui auraient voulu faire cavalier seul en vendant moins cher. Le Conseil de la Concurrence ne compte pas en rester là. Ainsi, pour la première fois de son histoire, il va se pourvoir devant les tribunaux de commerce pour y faire annuler des contrats commerciaux léonins (ce sont 49.000 pages d’indices concernant quelque 76 entreprises) et obtenir des amendes au civil. Si la libre concurrence ne sort pas grandie de cette nouvelle affaire, les rennes du Père Noël y voient, eux, un avantage : inutile de faire des kilomètres pour trouver le meilleur prix, c’est partout pareil...

Sources : Les Echos du 21 et 22 décembre 2007, le Financial Times du 21 décembre 2007 et le communiqué de presse du Conseil de la Concurrence sur son site : http://www.conseil-concurrence.fr/