Le gros Capgemini se ferait-il manger par un plus petit ?


Vendredi 25 janvier 2008, GRESEA ASBL, 1593 signes.
Cet article a été visité 101 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

4,8 milliards d’euros. C’est le montant que le producteur de logiciels et de systèmes d’automatisation indien Wipro serait prêt à mettre sur la table pour racheter Capgemini, le numéro un européen dans le secteur des services IT. Que du banal, serait-on tenté de dire, les opérations de fusions et d’acquisitions sont devenues le BA-ba des politiques industrielles mondiales. Ce qui frappe peut-être, avec un petit goût de déjà-vu, c’est le profil contrasté des acteurs. D’un côté, un fleuron des technologies de pointe franco-hollandais. De l’autre, un outsider indien, inconnu du bottin mondain. Pas tout à fait : Wipro est la plus grosse entreprise indienne en termes de capitalisation boursière Capitalisation boursière Évaluation à un moment donné de la valeur boursière totale d’une firme ou, en additionnant toutes les sociétés cotées, d’une Bourse. Elle s’obtient en multipliant le nombre d’actions émises par le cours de ce titre au jour où l’estimation est faite.
(en anglais : market capitalization)
et son patron, Azim Premji (61 ans), première fortune de son pays, a été classé par Business Week parmi les trente plus importants chefs d’entreprise du monde. Issu de l’université de Stanford, il a débuté à 21 ans comme dirigeant d’une fabrique d’huiles de cuisson pour, ensuite, se diversifier en direction des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Avec le succès qu’on a vu, tout en restant sensible à ses compatriotes infortunés : Wipro finance d’importants programmes d’enseignement primaire en Inde. A l’annonce du projet d’OPA OPA Offre publique d’achat : proposition publique faite par un investisseur d’acquérir une société ou une partie de celle-ci à un prix annoncé. Elle peut être amicale ou hostile, si le management de la firme ciblée est d’accord de se faire reprendre ou non.
(en anglais : tender offer).
, le titre Titre Morceau de papier qui représente un avoir, soit de propriété (actions), soit de créance à long terme (obligations) ; le titre est échangeable sur un marché financier, comme une Bourse, à un cours boursier déterminé par l’offre et la demande ; il donne droit à un revenu (dividende ou intérêt).
(en anglais : financial security)
Capgemini a bondi de 11% à la Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
de Paris pour atteindre 45 euros, sa plus forte progression depuis février 2003. Capgemini a fait savoir qu’il jugeait l’offre inamicale.

Sources : Het Financieel Dagblad des 27 et 29 décembre 2007 et NCR Handelsblad du 27 décembre 2007.