GDF : leçon de démocratie directe à Leipzig.


Lundi 28 janvier 2008, Bruno Bauraind, 1355 signes.
Cet article a été visité 93 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Un rendez-vous manqué, voilà comment on peut résumer la mésaventure que vient de connaître Gaz De France (GDF) en Allemagne de l’Est. En effet, en novembre 2007, le gazier français remportait l’appel d’offre portant sur la privatisation de la régie municipale de Leipzig, la Stadwerke Leipzig (SWL). GDF s’apprêtait à débourser quelque 520 millions d’euros pour s’offrir 49,9% de l’entreprise publique. Après Berlin, le géant français voulait donc s’ouvrir les portes d’un nouveau marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
, captif donc captivant (plus de 300.000 clients pour l’électricité, quelque 120.000 pour le gaz). C’était sans compter avec une population sensible aux conséquences de la privatisation des marchés énergétiques, qui se traduit en général par une hausse des prix. Par référendum populaire, les citoyens de Leipzig se sont prononcés à 87,4% des votants en faveur d’un service Service Fourniture d’un bien immatériel, avantage ou satisfaction d’un besoin, fourni par un prestataire (entreprise ou l’État) au public. Il s’oppose au terme de bien, qui désigne un produit matériel échangeable.
(en anglais : service)
public local et donc, contre l’entrée de GDF au capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
de la régie municipale. En outre, les résistants au projet de privatisation redoutaient la remise en cause, par la bande, du financement du réseau de transport public de la ville. En effet, la survie de ce dernier repose aujourd’hui sur les bénéfices de la SWL.

Sources : Les Echos du 29 janvier 2008 et L’Echo, article mis en ligne le 28 janvier 2008.