Chez Duferco, la compétitivité tue.


Jeudi 13 mars 2008, Bruno Bauraind, 1246 signes.
Cet article a été visité 125 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis juin 2007, trois travailleurs de Duferco à La Louvière ont perdu la vie et, en février, trois autres ont été blessés par une explosion causée par la rupture d’un tuyau dans le système de refroidissement de l’usine louviéroise. En réaction aux protestations syndicales, la direction a réagi par un nouveau plan de circulation interne, l’édition d’un "passeport de sécurité" et une procédure de consignation. Dans les faits, voilà qui aboutit à alourdir les procédures de sécurité et, indirectement, le travail des ouvriers. Etrangement, par contre, il n’y a rien dans ce nouveau plan sur les liens entre augmentation des risques et augmentation de la production. Comme fait observer Camillo D’Aloisio, permanent de la CSC-Métal : "Pour gagner du temps, on contrôle les poches de coulée toutes les 100 fois, au lieu de 60". La compétitivité d’abord, la sécurité ensuite. En termes de "travail décent", l’information prête à réflexion. En Belgique, à La Louvière particulièrement, le travail tue toujours. Vous avez dit progrès social ?

Source : L’info n°10 (journal d’information de la CSC) du 7 mars 2008 et la Libre Belgique, article mis en ligne le 4 février 2008.