Pfizer tire un trait sur la Grande-Bretagne


Dimanche 6 février 2011, Erik Rydberg, 1813 signes.
Cet article a été visité 223 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

On l’oublie parfois mais lorsqu’une société étrangère investit dans un pays, c’est à titre précaire. Elle n’a vis-à-vis du pays d’accueil aucune obligation Obligation Emprunt à long terme émis par une entreprise ou des pouvoirs publics ; il donne droit à un revenu fixe appelé intérêt.
(en anglais : bond ou debenture).
. La Grande-Bretagne l’a appris à ses dépens. Son centre de recherche et développement pharmaceutique à Sandwich, le 3e du pays, 2.400 employés haut de gamme, appartient au géant américain Pfizer et il a décidé de mettre la clé sous le paillasson. La Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
a salué. Le titre Titre Morceau de papier qui représente un avoir, soit de propriété (actions), soit de créance à long terme (obligations) ; le titre est échangeable sur un marché financier, comme une Bourse, à un cours boursier déterminé par l’offre et la demande ; il donne droit à un revenu (dividende ou intérêt).
(en anglais : financial security)
a bondi de 5%. La décision ne devait pas surprendre. Business as usual. Depuis des années, Pfizer poursuit une politique de "croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
externe" (gober des rivaux et leurs produits phares, dont l’anticholestérol Lipitor qui lui assure en 2010 des ventes de 10,7 milliards de dollars) combinée, "synergies" aidant, avec une chasse aux coûts. Ces derniers temps, c’est la recherche et développement qui en fait les frais, il fallait, de ce côté, économiser 2 milliards de dollars pour... combler les appétits des investisseurs. Pfizer ne connaît pas de gros problèmes, ses revenus nets en 2010 s’élevaient à 8,3 milliards de dollars mais la Bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
veut toujours plus, ce à quoi Pfizer l’a habituée. En cinq ans, Pfizer a retourné 45 milliards de dollars à ses actionnaires, ses dividendes figurent parmi les plus élevés des 500 plus grandes entreprises des USA et son programme de rachats d’actions vient d’être porté à 9 milliards de dollars. En Grande-Bretagne, où l’emploi industriel a perdu plus d’un million et demi de postes de travail depuis 1997, on encaisse le coup, et encore plus à Sandwich qui, en perdant 2.400 emplois sur un total de quelque 5.000 habitants, se voit transformé en désert économique.

Source : Financial Times du 3 février 2001 et The Observer du 6 février 2011.